Tout sur Sébastien Pocognoli

Après son fameux " match référence " contre Bruges, le Standard a proposé un très pâle " match déférence " face à Mouscron. Le problème est-il simplement dans les têtes ? Réponse ce week-end dans le clash avec Genk.

La direction du Standard a déjà démarré les grands travaux en vue de la saison prochaine. Quelles sont les certitudes et doutes ? Petit tour du propriétaire étage par étage.

La direction du Standard a déjà démarré les grands travaux en vue de la saison prochaine. Quelles sont les certitudes et doutes ? Petit tour du propriétaire étage par étage.

En remportant la huitième Coupe de Belgique de son histoire, le Standard peut déjà teaser un happy end à une saison pourtant mal embarquée et loin d'être finie. Plongée au coeur d'un vestiaire très particulier.

C'est l'histoire d'un match qui se joue au moins autant dans les tribunes que sur le terrain. D'un faux derby qui oublie de compter les kilomètres. Le Standard et Charleroi se détestent. Pourquoi ? Les réponses se conjuguent au passé.

Le Standard entre dans le money time de sa saison partagé entre l'espoir de jours meilleurs et incohérences structurelles. Plongée dans les méandres de Sclessin.

Des longs ballons, des duels et de longs runs pour gagner quelques mètres : le Standard de Sa Pinto applique des recettes ovales pour faire trembler les filets avec un ballon rond. Décryptage d'un football aux principes aléatoires.

La défaite à Saint-Trond a démontré que le Standard de Sa Pinto n'avait pas encore chassé tous ses démons. Faut-il croire dans cette version 2017-2018 ? Enquête.

Les retours de Sébastien Pocognoli et de Paul-José Mpoku sont de jolis coups de com' et démontrent l'ambition de la direction liégeoise. Alors que le charismatique Ricardo Sa Pinto a déjà conquis joueurs et supporters.

Les retours de Sébastien Pocognoli et de Paul-José Mpoku sont de jolis coup de com' et démontrent l'ambition de la direction liégeoise. Alors que le charismatique Ricardo Sa Pinto a déjà conquis joueurs et supporters.

Il a beau s'être affilié à Seraing, avoir débuté chez les pros à Genk, été sacré champion avec Alkmaar, s'être enfui à Hanovre ou n'avoir goûté que trop peu à la Premier League, Sébastien Pocognoli n'a jamais su vraiment quitter sa maison. Retour sur une trajectoire tortueuse.

Il a beau s'être affilié à Seraing, avoir débuté chez les pros à Genk, été sacré champion avec Alkmaar, s'être enfui à Hanovre ou n'avoir goûté que trop peu à la Premier League, Poco n'a jamais su vraiment quitter sa maison. Retour sur une trajectoire tortueuse.