Tout sur Roja

Décevante lors des trois dernières grandes compétitions, le public s'impatiente de retrouver la grande Espagne du début des années 2010. À l'aube de se lancer dans sa campagne pour la Coupe du monde 2022, ce soir face à la Grèce, Luis Enrique a insufflé une nouvelle ère au sein de la sélection. Même si celle-ci à tarder à s'installer, elle laisse entrevoir de belles choses à l'avenir.

Inoxydable Sergio Ramos: s'il honore sa 177e apparition avec l'Espagne, le capitaine de la "Roja" établira un nouveau record de sélections internationales pour un joueur européen samedi en Suisse (20h45/19h45 GMT) en Ligue des nations, avant de viser le record mondial de l'Egyptien Ahmed Hassan.

Le milieu de terrain Gerard Piqué a confirmé, samedi, qu'il mettait fin à sa carrière internationale et ne portera plus le maillot de la Roja en dépit de la nomination de Luis Enrique, son ex-entraîneur au FC Barcelone, à la tête de la sélection nationale.

Le passé sur les bancs de touche de Fernando Hierro, nouveau leader de la Roja, est plutôt léger.

La présence du prodige espagnol Isco au Brésil dans un an passe par une grosse saison au Real Madrid.

En venant à bout de l'Ecosse mardi soir, l'Espagne a signé sa 14e victoire consécutive, égalant ainsi le record de la France et des Pays-Bas.

La finale avant la lettre aura finalement tourné à l'avantage des Espagnols, qui ont maîtrisé la partie sans vraiment laisser à l'Allemagne la possibilité de développer leur jeu. Le vainqueur du Mondial 2010 sera inédit: l'Espagne ou les Pays-Bas.