Tout sur Raymond Goethals

En 2009-2010, Saint-Trond, promu, n'a pas tremblé pour son maintien: il s'est même invité à la première édition des play-offs 1.

Alors que l'Union vient d'être sacrée en D1B, Bruxelles s'apprête à retrouver deux de ses clubs en D1A. Pour trouver trace d'un troisième représentant bruxellois parmi l'élite, il faut remonter à 1988.

Saint-Trond a longtemps été un exemple de stabilité et de continuité. Des valeurs entretenues par des joueurs élevés dans la région.

Avant, il suffisait de jeter un oeil sur la feuille de match pour savoir comment les équipes seraient disposées sur le terrain. Le joueur qui portait le numéro 6 récupérait le ballon et quand le numéro 10 entrait en possession du cuir, le public retenait son souffle. Maintenant, les joueurs choisissent n'importe quel numéro. Même le 1 n'est plus sacré.

Depuis les premiers pas du magazine, ce sont plus de 1.600 couvertures qui ont attiré votre attention dans les rayons des librairies. De quoi jeter un coup d'oeil dans le rétroviseur.

De nos jours, les journalistes belges ont du mal à joindre nos stars à l'étranger. Jadis, Eric Gerets et Ludo Coeck sont allés poser de concert sur la place, devant le Duomo de Milan.

Le FC Bruges sera opposé à Manchester United en 16e de finale de l'Europa League, dont le tirage au sort s'est déroulé lundi à Nyon, en Suisse, au siège de l'UEFA. "Il est clair que nous ne sommes pas favoris", a réagi Philippe Clement, l'entraîneur brugeois, qui recevait dans le même temps à Molenbeek le Trophée Raymond Goethals décerné au meilleur entraîneur belge de l'année.

Philippe Clement était "très content" de recevoir le Trophée Raymond Goethals pour la deuxième année de suite. L'entraîneur du Club de Bruges, 45 ans, champion l'an dernier avec Genk, a reçu son prix des mains de Christian Piot, illustre ancien gardien, lundi à Molenbeek. Clément a tenu à saluer le travail des staffs et les clubs au sein desquels il a oeuvré.

Dimanche, il y aura 24 ans que l'arrêt Bosman a bouleversé le paysage footballistique. Avant cela, Jean-Marc Bosman n'était pas l'homme de l'arrêt, mais seulement un bon joueur belge. Retour sur le passé pour mieux comprendre le présent.