Tout sur RAEC Mons

Arrivé en 2019 via la case Mouscron, après être passé par celle de la D2, Selim Amallah s'est très tôt installé dans les lignes offensives du Standard, aujourd'hui très dépendant des coups de génie du gamin d'Hautrage. Retour sur son ascension rouche.

Le club de football du Royal Albert Quévy-Mons (RAQM) change de nom et devient le Renaissance Albert Elisabeth Club Mons (RAEC Mons 44). Frédéric Herpoel est quant à lui nommé président sportif de la nouvelle formation, ont annoncé mardi les instances du RAEC.

Depuis son changement de nom et son déménagement au Tondreau, la vie n'a pas été un long fleuve tranquille pour le RAQM. Entre problèmes financiers, fusion avortée et supporters frustrés, Mons tente de se replacer sur la carte du football belge.

Le club d'affaires montois a été créé du temps du RAEC Mons. Il réunit chaque mois des entrepreneurs autour d'une figure médiatique. Depuis 2015, il a aussi distribué 121.000 euros à des associations et des projets sportifs.

Le Standard sera privé de Noë Dussenne entre six mois et un an, annonce le club liégeois vendredi. Le défenseur de 27 ans s'est blessé jeudi à l'entraînement. Il souffre d'une rupture du ligament croisé antérieur du genou droit qui va le priver de football entre six et douze mois.

Au coeur d'un footballgate qui devrait encore réserver son lot de mauvaises surprises, l'ex-directeur général du Standard pendant près de dix ans, aujourd'hui CEO de la Pro League, fait face aux critiques.

En Belgique, le nom de Cédric Roussel a souvent rimé avec Mons, buts et puncheur. S'il a gardé la ville hennuyère dans ses mots-clés, il a remplacé les autres par running et vendeur chez Intersport.

Certains supporters de l'Albert refusent d'accepter la mort de leur club et tentent le tout pour le tout pour sauver le matricule 44.

Plus rien ne semble pouvoir sauver le RAEC Mons... Et à quelques heures de la disparition de celui-ci, ils sont nombreux à espérer s'en partager les miettes. Victimes collatérales de cet échec : 270 gamins qui avaient la chance de s'entrainer dans un centre de formation reconnu par tous.

Il n'y a plus de repreneur potentiel pour le RAEC Mons, club de football de division 2, a annoncé, mardi après-midi au cours d'une conférence de presse, Pierre François, le directeur général du club.