Tout sur Politique

Les pays nordiques apparaissent comme les plus critiques parmi les fédérations mondiales contre ce tournoi controversé. La Norvège avait été le plus loin en soumettant un éventuel boycott de la compétition à un vote d'un congrès extraordinaire en juin, mais ce dernier avait finalement exclu l'option à une forte majorité.

L'UEFA a défendu son point de vue mercredi tout en parant son logo Twitter d'un arc-en-ciel. Le président du club hongrois de Ferencvaros souhaite voir tous les stades du pays avec les couleurs nationales. Wijnaldum portera un brassard arc-en-ciel pour le 1/8e des Pays-Bas à... Budapest. Enfin, du côté des Diables rouges, Thomas Meunier est aussi revenu sur cette polémique qui assombrit les relations entre les pays européens et la Hongrie.

Foot et politique sont intrinsèquement liés, le doute n'est plus permis. La preuve, cette saison, par le Clasico entre le Barça et le Real, qui a dû être postposé en raison de la situation tendue en Catalogne. Générateur de conflits, moteur de réconciliation ou encore outil de propagande, il convient toutefois d'échapper aux généralités qui attribuent au foot des capacités qui le dépassent. Tentative de nuance à partir d'exemples concrets.