Tout sur Nicolas Gavory

Le Standard s'est incliné 1-2 face à Saint-Trond samedi dans le cadre de la neuvième journée de Jupiler Pro League. Les Liégeois avaient ouvert la marque juste avant la mi-temps par un coup franc de Nicolas Gavory, avant que les Canaris n'égalisent à la 53e par l'intermédiaire de Mory Konaté et ne prennent l'avantage définitivement à la 89e minute via Rocco Reitz.

Balayés par le réalisme de l'Antwerp, les Liégeois ne parviennent pas à trouver l'indispensable stabilité défensive pour progresser dans la durée. Le voyage de l'année 2021 commence à ressembler à une avancée dans le brouillard.

Le Club de Bruges s'est largement imposé dimanche contre le Standard (3-1) dans le choc de la 23e journée de D1A. Les Brugeois, intraitables, caracolent en tête du championnat. C'est la première défaite du Standard depuis l'arrivée de Mbaye Leye sur le banc liégeois.

Dans sa progression linéaire vers les sommets, il se dit que Charleroi paye actuellement les manquements d'une direction sportive surannée. Et dont il deviendrait raisonnable d'imaginer que le prochain gros transfert soit un directeur sportif. Ou au moins une cellule de recrutement digne du nouveau statut carolo.

Dans sa progression linéaire vers les sommets, il se dit que Charleroi paye actuellement les manquements d'une direction sportive surannée. Et dont il deviendrait raisonnable d'imaginer que le prochain gros transfert soit un directeur sportif. Ou au moins une cellule de recrutement digne du nouveau statut carolo.

Relancé en championnat, le Standard vit des mois agités en coulisses. Un nouveau coach, un nouvel attaquant, et une nouvelle fin de mercato tumultueuse sont à la carte du premier menu rouchede 2021. À savourer en plusieurs bouchées.

Titulaire d'un soir en Serie A à 19 ans avec l'Inter, mais sur une voie de garage pendant deux ans au Standard, Senna Miangue doit prouver à Eupen qu'il n'était pas juste un coup de coeur de Frank de Boer. Rencontre avec un émotif trop longtemps resté anonyme. Mais qui ne veut plus se cacher.

Entre un milieu de terrain et une attaque surpeuplés et des couloirs qui résonnent faute d'occupants, le noyau du Standard est déséquilibré. À Philippe Montanier de sortir la boîte à outils pour le faire tenir debout.

Entre un milieu de terrain et une attaque surpeuplés et des couloirs qui résonnent faute d'occupants, le noyau du Standard est déséquilibré. À Philippe Montanier de sortir la boîte à outils pour le faire tenir debout.