Tout sur Munich

L'UEFA a défendu son point de vue mercredi tout en parant son logo Twitter d'un arc-en-ciel. Le président du club hongrois de Ferencvaros souhaite voir tous les stades du pays avec les couleurs nationales. Wijnaldum portera un brassard arc-en-ciel pour le 1/8e des Pays-Bas à... Budapest. Enfin, du côté des Diables rouges, Thomas Meunier est aussi revenu sur cette polémique qui assombrit les relations entre les pays européens et la Hongrie.

Sonnée par sa défaite inaugurale contre la France (1-0), l'Allemagne a magistralement redressé la tête samedi à Munich avec une victoire par KO 4-2 sur le Portugal, qui laisse le groupe F de l'Euro totalement ouvert après le nul des Français (1-1) à Budapest contre les Hongrois.

Le volcan brûlant de la Puskas Arena s'est refermé sur les Bleus, tenus en échec samedi à Budapest (1-1) par une équipe hongroise surchauffée par ses fervents supporters et ravie de retarder la qualification des champions du monde pour les huitièmes de l'Euro.

Benjamin Pavard a expliqué avoir perdu connaissance pendant dix à quinze secondes lors de France-Allemagne. Pourtant, le latéral droit français a bel et bien terminé la rencontre. Comment est-ce encore possible aujourd'hui ?

Alors que Dublin et Bilbao ont finalement renoncé à accueillir des rencontres de l'EURO, Séville a repris le flambeau. Le championnat d'Europe se jouera donc bientôt dans onze stades disséminés aux quatre coin de l'Europe. Petit guide pratique.

Turquie-Italie le 11 juin à Rome en ouverture, affiche France-Allemagne le 15 juin à Munich et choc Portugal-France à Budapest pour clore la phase de groupes le 23 juin: de belles affiches sont au programme du premier tour de l'Euro de football.

L'UEFA a écarté vendredi Bilbao et Dublin des villes-hôtes de l'Euro, faute de garanties sur l'accueil de spectateurs, réattribuant à Séville les matches prévus au Pays basque et partageant ceux de Dublin entre Saint-Pétersbourg et Londres, a-t-elle annoncé dans un communiqué.

Après le séisme de l'éphémère Super Ligue, l'UEFA se réunit vendredi pour étudier le cas des clubs mutins qui voulaient créer leur compétition privée, mais aussi pour boucler enfin son dossier le plus pressant, la confirmation des villes-hôtes de l'Euro, bousculé par la pandémie.

Rome n'est pas certain d'être en mesure d'accueillir le match d'ouverture de l'Euro le 11 juin prochain entre l'Italie et la Turquie. Dans une interview accordée au journal La Reppublicca, Roberto Speranza, le ministre italien de la Santé a déclaré qu'il était "prématuré" d'assurer la tenue de la rencontre dans la capitale italienne en raison de la crise sanitaire.