Tout sur Michy Batshuayi

Sur les hauteurs du centre d'entraînement liégeois, le SL16 Football Campus prépare les futurs joyaux du football rouche. Voyage en altitude, à la recherche de l'itinéraire qui permet de descendre des sommets du Sart-Tilman jusqu'au fond du chaudron de Sclessin.

Les Diables Rouges se sont imposés sur le plus petit des écarts (0-1) contre la Biélorussie pour la 6e journée des qualifications pour le Mondial 2022 mercredi à Kazan en Russie. Dennis Praet a inscrit le seul but de la rencontre en première période (33e). Au classement, la Belgique reste en tête avec 16 points devant la Tchéquie et le pays de Galles, accroché par l'Estonie, qui comptent tous les deux 7 points.

Ce jeudi soir, une Belgique remaniée partageait l'enjeu face à de valeureux grecs. Sans rythme, ni intensité, difficile de tirer des conclusions d'un tel affrontement. Un joueur a toutefois réussi à se mettre en évidence : Dennis Praet.

La trêve internationale a visiblement fait du bien à Michy Batshuayi. Retourné à Crystal Palace après avoir marqué contre la Biélorussie avec les Diables Rouges mardi dernier, l'attaquant belge a permis aux Eagles de revenir d'Everton avec le point du partage (1-1), lundi lors de la 30e journée de Premier League.

Michy Batshuayi, bien que peu utilisé à Crystal Palace, a encore fait gonfler ses statistiques en équipe nationale mardi soir à l'occasion de la plantureuse victoire des Diables Rouges contre la Biélorussie (8-0) en qualifications pour le Mondial 2022. En 64 minutes, l'avant-centre a inscrit un but et distillé un assist.

Diables Rouges contre Dragons, l'ouverture des qualifications au Mondial-2022 offre un duel tout feu, tout flamme entre la Belgique et le pays de Galles, mercredi, emmenés par leurs attaquants en grande forme, Romelo Lukaku et Gareth Bale.

Alors que Christian Benteke commence à ressortir du placard à Crystal Palace, Michy Batshuayi reste encore et toujours sur le côté. Barré à Chelsea, le Diable rejoint les Eagles pour un second prêt. Michy pensait y retrouver du temps de jeu en vue de l'Euro. Mais aujourd'hui, le sort semble s'acharner sur le gamin d'Evere. Comment en est-il arrivé là?

D'une victoire à l'arraché contre Bruges à une défaite amère au Canonnier, l'ascenseur émotionnel liégeois tourne à plein régime. Plongée dans un club où la seule certitude, c'est qu'il n'y en a pas.