Tout sur Michel Preud'homme

Le Standard a été le grand absent de la soirée du Soulier d'Or. Le club n'a plus gagné un trophée individuel depuis... 2009. Retour sur une interminable traversée du désert et explications. Pourquoi ce n'est pas le club liégeois qui s'est installé sur le toit de notre foot pendant dix ans, comme on l'avait pourtant prédit au moment des deux titres ?

Entre occasions manquées et série en cours d'onze rencontres sans garder le zéro, entre le championnat et l'Europe, le Standard ne parvient pas à installer sa domination dans les deux rectangles. Analyse au microscope d'une efficacité disparue.

Après les matches de Noël, les clubs disposent d'un peu plus d'une semaine pour recharger leurs batteries. Dans les prochains jours, ils vont entamer leur stage en Espagne, au Qatar ou à Malte. Seul Courtrai reste en Belgique. La surcharge en football atteint des limites alarmantes, surtout pour les internationaux. Le championnat s'achève le 24 mai. L'EURO débute un peu plus de deux semaines plus tard, le 12 juin, et se poursuit jusqu'au 12 juillet, deux semaines avant le début de la nouvelle compétition.

Le Standard aura une infime chance de se qualifier pour les seizièmes de finale de l'Europa League mais compte bien jouer le jeu jusqu'au bout lors de cette dernière journée de la phase de poules. Les Liégeois, qui doivent absolument gagner, accueilleront ce jeudi soir Arsenal (18h55) dans un match de gala. La suite de la soirée verra La Gantoise, déjà qualifiée, tenter de confirmer sa première place lors de la réception des Ukrainiens d'Oleksandriya (21h).

Le Standard de Liège est au pied du mur avant son dernier match dans le groupe F de l'Europa League, jeudi (18h55) contre Arsenal à Sclessin. Les Liégeois, sept points, ont impérativement besoin d'une victoire contre les Gunners (10 pts) pour espérer se qualifier et ainsi forger un incroyable exploit. "Il faudra simplement essayer de gagner ce match", a déclaré Michel Preud'homme mercredi en conférence de presse.

À l'image de Luis Pedro Cavanda, Orlando Sá, l'attaquant portugais, pourtant sous contrat au Standard jusqu'en juin 2021, est persona non grata depuis la fin du dernier mercato. Une situation tendue dont l'issue devrait se régler devant les tribunaux.

Dimanche, il y aura 24 ans que l'arrêt Bosman a bouleversé le paysage footballistique. Avant cela, Jean-Marc Bosman n'était pas l'homme de l'arrêt, mais seulement un bon joueur belge. Entretien.

Pour Marc Degryse, le chroniqueur de Sport/Foot Magazine, le Clasico à venir opposera une équipe en manque d'audace à une équipe incapable de gérer ses émotions. Il espère qu'on n'y parlera que de foot.

Qui s'est distingué ? Qui a sombré ? Quel joueur, entraîneur ou dirigeant a suscité l'émoi ? Chaque semaine, désormais, Sport/Foot Magazie s'attarde sur quatre événements marquants de la Jupiler Pro League.

À l'image de Luis Pedro Cavanda, l'attaquant portugais, pourtant sous contrat au Standard jusqu'en juin 2021, est persona non grata depuis la fin du dernier mercato. Une situation tendue dont l'issue devrait se régler devant les tribunaux.

Depuis plusieurs mois, vous n'avez plus lu d'intervention d'un membre du Standard dans notre magazine. C'est le résultat d'un boycott voulu par le club, dont nous avons décidé de vous expliquer les causes et conséquences.