Tout sur Mehdi Bayat

Le meilleur dribbleur de Pro League est arrière gauche. Mieux qu'un copycat, Joris Kayembe est un créatif qui n'aura eu besoin que de trois semaines pour faire oublier Núrio dans le Pays Noir. Le Bruxellois n'a jamais dit qu'il comptait s'arrêter là. Cinq ans après avoir usé l'empreinte carbone de Marc Wilmots, Joris Kayembe rêve de ramener Roberto Martinez à Charleroi. Portrait d'un homme qui vit avec son temps.

Habituel théâtre du sprint final de la saison, le bout du printemps s'est finalement animé en coulisses. Dans l'ombre des négociations, les luttes d'influence ont dominé le jeu, devenu plus politique que sportif. Bienvenue dans les salons du Royaume des Sept Couronnes.

Avant de trôner fièrement en tête du classement, Carolos et Liégeois ont mangé leur pain noir. Multiplié les coups bas et dégusté, par presse interposée, des saillies bien senties. Parce qu'en Wallonie, savonner la planche adverse a longtemps été un sport national. Mais ça, c'était avant. Avant que Bruno Venanzi et Mehdi Bayat s'acoquinent et que Zèbres et Rouches se trouvent des intérêts communs. Plongée dans une vieille rivalité aux faux airs de compagnonnage.

Perchés tout en haut du classement, les Zèbres rendent hommage à leurs riverains. Parce que le seul public autorisé à voir les Carolos depuis le début de saison loge au sommet de ces immeubles à appartements qui font face au Mambourg. Voyage en ascenseur.

Capitaine de l'actuelle meilleure défense du championnat, l'homme aux 163 matches avec les Zèbres valide la méthode Bayat et les envies de grandeur de son club.

Aux portes du G5, Charleroi est-il pour autant devenu un grand club ? Poser la question, c'est comprendre le cheminement d'un club qui huit ans après son retour parmi l'élite se félicite d'être enfin pris au sérieux.

Prêtée pour la deuxième année consécutive au Sporting, l'assurance-buts de Charleroi est devenue le symbole des bonnes relations entre Mehdi Bayat et Bart Verhaeghe.

L'Antwerp a affirmé avoir déposé plainte auprès de l'Autorité belge de concurrence et de l'UEFA, pointant "l'existence de conflits d'intérêts structurels dans le football belge", faisant notamment état du rôle de Mehdi Bayat, président de l'Union belge et administrateur délégué du Sporting de Charleroi.