Tout sur marc wilmots

Marc Wilmots s'est montré très satisfait de la prestation des Diables rouges dimanche à Toulouse. En huitième de finale du championnat d'Europe, les Belges ont infligé un 0-4 aux Hongrois et se sont qualifiés pour les quarts de finale.

"Quelques uns nous avaient enterrés après le premier match. On est là et bien là, maintenant un autre championnat commence", a commenté le sélectionneur national Marc Wilmots au terme de la rencontre Belgique-Suède (1-0) qui qualifie les Diables Rouges en huitièmes de finale de l'Euro, mercredi.

Marc Wilmots s'est montré quelque peu ennuyé de devoir affronter l'Italie pour le premier match de l'Euro 2016 des Diables Rouges, le 13 juin (21h00) à Lyon, mais le sélectionneur national maintenait bien entendu son ambition "d'aller le plus loin possible et d'atteindre les demi-finales de l'épreuve".

Le problème de cette Belgique sans saveur, c'est le ballon. Elle l'a, presque tout le temps, mais pourquoi ? Parce que ses joueurs l'aiment trop pour le laisser à l'adversaire et fermer les espaces dans leurs trente derniers mètres. Ils veulent la balle, mais ne semblent pas savoir quoi en faire. Ni vitesse, ni inspiration.

Samedi, les Diables Rouges vont assurer leur qualification pour l'EURO à Andorre. Pourtant, tout n'est pas rose pour l'équipe nationale dont les matches sont trop souvent ennuyeux.

Même si certains utiliseront peut-être le mot ce n'est pas la révolution. Un mot que n'aime d'ailleurs sûrement pas Marc Wilmots, du moins quand il s'agit de football en général, et de "son" équipe nationale en particulier.

On a beau chercher, on a du mal à trouver une véritable identité offensive dans le foot belge. Peut-on espérer voir autre chose que des équipes qui protègent leurs arrières pour profiter de la moindre faille adverse ?

On tire trop souvent sur les coaches mais Marc Wilmots doit redresser la barre. Les Diables ne peuvent pas se contenter d'un rôle de figurants.

Au terme de la victoire à Chypre (0-1), Marc Wilmots a reconnu que les Diables Rouges ont livré une prestation poussive. "C'est le moins bon match du point de vue collectif. On n'a pas pressé haut. Nous n'étions pas synchronisés. Nous nous sommes créés deux grosses occasions en début de match et on les a loupées", a-t-il confié.

La décision ne sera prise que demain mais il semble que Christian Benteke ne sera pas en mesure de tenir sa place à la pointe de l'attaque belge contre la Bosnie-Herzégovine. Le sélectionneur Marc Wilmots misera donc sur Romelu Lukaku pour mettre le feu dans la surface adverse...

Enzo Scifo est donc finalement bien le nouveau coach des Espoirs belges, a communiqué mardi l'Union Belge de football (URBSFA). Cette nomination, on le sait, faisait l'objet de diverses contestations en haut lieu à cause de sa méconnaissance du néerlandais.