Tout sur Kaboul

Le turban fier, les cavaliers galopent à toute allure sur leurs montures empanachées, s'efforçant de viser juste alors qu'ils abaissant leurs lances vers des cibles au ras du sol, un jeu d'adresse périlleux, vieux de plusieurs siècles.

Foulard rose discret, sagement calée au fond de son siège sur les gradins du stade de Kaboul, Shiba Rahimi lâche soudain un sifflet strident entre ses deux doigts pour encourager les footballeurs sur la pelouse. Comme des dizaines de filles et de femmes assises autour d'elle.