Tout sur Jürgen Baatzsch

Retraité depuis 2018, le consultant a repris le foot en P1, à Waterloo.

Un stade remis à neuf, un nouveau propriétaire, un nouvel organigramme, un nouveau coach, un nouveau noyau et même un nouveau centre d'entraînement : tout a changé à l'Union en l'espace de quelques mois.

Le matricule 10 a 120 ans. Un cap passé dans l'anonymat du ventre mou de la D1B et la fraîcheur du Stade Roi Baudoin. Contraint pour la deuxième année consécutive d'évoluer loin de ses installations d'origine, l'Union trouve forcément le temps long. Et cela se voit.

Un paquet de nouveaux joueurs, du matériel d'entraînement dernier cri et l'embauche d'un préparateur mental : l'Union ne nous avait pas habitués à tant de changements. Pour les Saint-Gillois, la saison 2017-2018 sera placée sous le sceau du professionnalisme.

Lors de l'arrivée de Jürgen Baatzsch comme sponsor de l'Union Saint-Gilloise, le club flirtait avec la relégation en promotion. Aujourd'hui, l'Allemand est l'actionnaire majoritaire du club et les Bruxellois disputent les PO2. Rencontre avec un président qui veut encore faire grandir son club et qui a de la suite dans les idées.

Lors de l'arrivée de Jürgen Baatzsch comme sponsor de l'Union Saint-Gilloise, le club flirtait avec la relégation en promotion. Aujourd'hui, l'Allemand est l'actionnaire majoritaire du club et les Bruxellois disputent les PO2. Rencontre avec un président qui veut encore faire grandir son club et qui a de la suite dans les idées.

Deuxième plus petit budget de D1B, l'Union Saint-Gilloise a réussi l'exploit de se qualifier pour les PO2 en terminant à la 4e place. Désormais, les Bruxellois se préparent à affronter le Standard.