Tout sur Joost Everaert

Dans l'ultime plaidoirie de la défense du FC Malines, l'avocat Sven Demeulemeester a trouvé deux arguments dans la réglementation fédérale pour déclarer irrecevable la rétrogradation invoquée par le parquet de l'Union belge de football. D'une part, Maître Demeulemeester se référait le mardi à la prescription et d'autre part au tableau indicatif.

Les avocats ont plaidé pendant des heures dans l'affaire de match fixing mais le juge des référés pourrait très bien mettre un terme à la procédure disciplinaire de la fédération.

Joost Everaert, l'avocat du Kavé Malines, a joué à fond la carte des erreurs de procédures, lundi lors de sa plaidoirie devant la chambre d'appel de la Commission des litiges de l'Union Royale de football (URBSFA) qui traite le dossier des matches du bas de tableau présumés truqués, lors de la saison régulière 2017-2018. "Cette procédure bafoue le principe de l'égalité des armes", a-t-il dénoncé. A cause de cinq péchés qu'il a relevés et longuement détaillés.

Les avocats de Malines ont profité de la réunion de la Commission des litiges d'appel de l'Union belge de football (URBSFA), qui fixait mardi les délais du dossier disciplinaire concernant le possible match arrangé dans la lutte pour la relégation de la saison passée, pour s'en prendre à l'enquête. En résumé le dossier serait tellement mal ficelé, voire tendancieux et surtout incomplet, qu'il faudrait selon eux immédiatement suspendre la procédure en cours.