Tout sur Jérémy Perbet

Débarrassé de véritable concurrence devant, Shamar Nicholson bénéficie de la confiance absolue du board carolo. Sûrs de leur Jamaïcain et de sa valeur, les Zèbres ont été jusqu'à refuser de transférer un attaquant supplémentaire, notamment le Japonais de Saint-Trond Yuma Suzuki, malgré des finances dans le vert. Culotté, mais pas irréfléchi.

Après trois défaite consécutives, le Sporting de Charleroi a renoué avec la victoire et retrouvé le sourire en s'imposant 3-1 au Mambourg face à un Excel Mouscron en plein doute. Lors de cette sixième journée de la Jupiler Pro League de football, les Zèbres, désormais dixièmes, ont signé samedi une deuxième victoire dans ce championnat et comptent six points. Les Hurlus, qui se sont séparés de leur entraîneur Frank Defays en semaine, enregistrent une sixième défaite en autant de rencontres.

Sans taureau doré pour illuminer son tout nouveau numéro 10, le maillot zébré de Jérémy Perbet semble presque incomplet. Le Français préféré des tribunes carolos compte bien arranger ça. Rencontre avec un planteur de roses revenu jardiner à domicile.

Le début de saison le confirme : un buteur méthodique peut vous éviter bien des tracas. Leurs gestes, bien souvent prémédités, en font en tout cas des êtres à part et bien souvent insondables. Décryptage d'un mythe.

Sans taureau doré pour illuminer son tout nouveau numéro 10, le maillot zébré de Jérémy Perbet semble presque incomplet. Le Français préféré des tribunes carolos compte bien arranger ça. Rencontre avec un planteur de roses revenu jardiner à domicile.

Des play-offs 1 conclus en souffrance ont convaincu les têtes pensantes du projet zébré que du sang neuf était nécessaire au Mambour. Détour dans les coulisses d'un été agité.

Parti se relancer à Eupen, David Pollet<bold />n'aura jamais véritablement lancé sa deuxième vie au Mambour.

C'est presque devenu une tradition : chaque été, un élément majeur du onze carolo prend la route de Gand. Généralement, sans succès. Autopsie d'un saut souvent trop périlleux.

Nenad Petrovic a fait une bonne dizaine d'années dans le monde des agents. Avec quelques jolis coups - Jestrovic, Roussel, Preud'homme, Fellaini, ... Mais il a aussi pris pas mal de coups dans le dos. Alors, dégoûté, il a plaqué le milieu. Sans regrets. Monologue sans tabous sur cet univers de requins.