Tout sur Hans-Joachim Eckert

En 2016, la FIFA est à l'agonie lorsque le Suisse Gianni Infantino en prend la présidence. Sorti de nulle part, ce dernier promet alors de faire le ménage après des décennies de corruption, de rancoeurs et d'égoïsme. Cinq ans plus tard, le Monsieur Propre de la FIFA semble pourtant maîtriser la politique de son prédécesseur. "C'est culturel. Le véritable progrès ne peut venir que de l'extérieur."