Tout sur Hannes Wolf

Luca Oyen, un nouveau talent genkois, a pointé du nez juste avant que le coronavirus ne paralyse le monde du football.

Qui s'est distingué ? Qui a sombré ? Quel joueur, entraîneur ou dirigeant a suscité l'émoi ? Chaque semaine, désormais, Sport/Foot Magazie s'attarde sur quatre événements marquants de la Jupiler Pro League.

Pendant que Genk se bat pour une place en PO1, son DT Dimitri de Condé travaille d'arrache-pied à la préparation de la prochaine saison.

Avec huit buts, Paul Onuachu est actuellement le meilleur buteur du KRC Genk. Depuis le départ d'Ally Samatta, le Nigérian de 2m01 est devenu le premier attaquant du champion sortant, qui lutte pour une place en play-offs 1.

Bien que Genk, le champion en titre, se batte toujours pour sa qualification en PO1, son président Peter Croonen, chairman aussi de la Pro League, planche en même temps sur l'avenir du football belge.

Les médians norvégiens Mats Möller Daehli (24 ans) et Kristian Thorstvedt (20 ans) doivent qualifier Genk pour les PO1. Leurs débuts sont en tout cas prometteurs.

Le président du KRC Genk et de la Pro League revient sur la campagne de son club en Ligue des Champions et en tire quelques conclusions.

Le KRC Genk a remporté sa première victoire sous la direction de Hannes Wolf mais il n'est pas sorti de l'auberge.

Genk joue son dernier match de Ligue des Champions, ce mardi soir à Naples (18h55) dans le cadre de la 6e et dernière journée du groupe E de la phase de poules. Derniers du groupe avec 1 point, les champions de Belgique, toujours en quête d'un premier succès, sont d'ores et déjà éliminés. Naples, 2e du groupe avec 9 points derrière Liverpool (10), entretient l'espoir d'une qualification pour les 8es de finale que convoite également Salzbourg, 3e avec 7 points, qui accueille les tenants anglais du trophée au même moment.

À un quart d'heure de la fin du match entre Gand et l'Antwerp, Kevin Mirallas a dû entrer au jeu. Le long de la ligne, une discussion a éclaté entre le Diable Rouge et son entraîneur, Laszlo Bölöni. Sur ces entrefaites, un Mirallas furibard a foncé vers le vestiaire, offrant une image pour le moins inhabituelle, celle d'un footballeur énervé, qui s'engouffre, solitaire, dans les couloirs de la Ghelamco Arena.