Tout sur Gianni Infantino

Alors que le procureur qui enquêtait sur Gianni Infantino a été révoqué, une question se pose: la justice suisse cherche-t-elle vraiment à faire la lumière sur les rencontres secrètes entre le Président de la FIFA et certains hauts-magistrats du parquet helvète? Décryptage.

Le président de la Fifa Gianni Infantino n'est pas favorable à des sanctions contre les douze clubs qui ont tenté de lancer une Super Ligue européenne, préférant un "dialogue" tous azimuts pour réformer le football, selon une interview mercredi au journal L'Equipe.

Officiellement opposé à la Super League, le président de la FIFA est fortement soupçonné en coulisses d'en être l'un des instigateurs. Passage en revue des cartes d'un étonnant double jeu.

Le président de la FIFA, Gianni Infantino, estime qu'il y a "de la lumière au bout du tunnel" concernant la pandémie de coronavirus. "Avec le déploiement des vaccins, nous espérons que la vie reviendra comme elle doit être vécue : ensemble, sans les barrières et les contraintes imposées par la pandémie". Il s'est exprimé dans un article publié dans le magazine de l'ONU, UN Chronicle, à l'occasion mardi de la Journée internationale du sport au service du développement et de la paix.

En 2016, la FIFA est à l'agonie lorsque le Suisse Gianni Infantino en prend la présidence. Sorti de nulle part, ce dernier promet alors de faire le ménage après des décennies de corruption, de rancoeurs et d'égoïsme. Cinq ans plus tard, le Monsieur Propre de la FIFA semble pourtant maîtriser la politique de son prédécesseur. "C'est culturel. Le véritable progrès ne peut venir que de l'extérieur."

La Fifa a annoncé mardi avoir déposé une plainte en Suisse contre la gestion par l'ancien patron du football mondial Sepp Blatter de son projet de musée, qui avait fermé moins d'un an après son ouverture en 2016.

Le deuil et la tristesse ont gagné le monde après la mort de l'Argentin Diego Maradona, légende du football disparue mercredi à 60 ans, laissant les passionnés de ballon rond orphelins de l'un des joueurs les plus charismatiques et controversés de l'histoire.

L'Union européenne de football (UEFA) a rappelé mercredi matin son opposition à un projet de "Superligue européenne" alors que Josep Maria Bartomeu, président démissionnaire du FC Barcelone, a confirmé pour la première fois mardi l'existence d'un tel projet.