Tout sur Ferrari

Écurie la plus titrée de l'histoire de la F1, Ferrari vit une des saisons les plus compliquées de son existence. Mais comment la Scuderia en est-elle arrivée là ?

Pierre Gasly (Alpha Tauri) a remporté un Grand Prix d'Italie mouvementé, dimanche à Monza. C'est le premier succès pour le Français de 24 ans, victorieux du huitième rendez-vous du championnat du monde de Formule 1. Il a devancé l'Espagnol Carlos Sainz Jr (McLaren) et le Canadien Lance Stroll (Racing Point). Pénalisé, le champion du monde anglais Lewis Hamilton (Mercedes) a dû se contenter de la 7e place.

Les deux voitures rouges qui se percutent dès le premier tour et abandonnent: l'image piteuse offerte par Ferrari lors du Grand Prix de Styrie dimanche n'est malheureusement que le symptôme de maux plus profonds.

Le sextuple champion du monde Lewis Hamilton s'est encore illustré dans le rôle d'aiguillon de la Formule 1, dénonçant le silence des "plus grandes stars" de son sport "dominé par les blancs" après la mort de George Floyd aux Etats-Unis.

La rumeur était dans l'air depuis quelques jours et elle est désormais officielle. Carlos Sainz, le pilote de l'écurie McLaren, roulera pour Ferrari à partir de 2021, a annoncé l'écurie italienne jeudi. L'Espagnol prendra la place de Sebastian Vettel dont le contrat n'a pas été prolongé au sein de la 'Scuderia'.

Charles Leclerc a prolongé son contrat chez Ferrari jusqu'en 2024. À de meilleures conditions mais toujours à un tarif nettement inférieur à celui dont jouit son coéquipier Sebastian Vettel.

Si Lewis Hamilton a maintenant pour objectif d'égaler le record de Michael Schumacher avec un 7e titre mondial, la F1 regarde elle vers 2021 et l'introduction de nouvelles règles censées pimenter le championnat en redistribuant les cartes.

Vainqueur de sa première course en F1 la semaine dernière en Belgique, la première victoire cette saison pour Ferrari, Charles Leclerc a l'opportunité de réitérer dès ce week-end au Grand Prix d'Italie, devant des tifosi comme toujours survoltés.