Tout sur epo

Le sprinteur allemand Erik Zabel a reconnu s'être dopé de 1996 à 2004 à l'EPO, à la cortisone et aux produits sanguins, dans un entretien dont des extraits ont été publiés sur le site internet du Süddeutsche Zeitung dimanche.

L'ancien champion cycliste français Laurent Jalabert a déclaré "assumer ses responsabilités" ce jeudi, tandis que Lance Armstrong plaide une fois de plus pour la création d'une d'un programme 'vérité et réconciliation', après la publication du rapport de la Commission d'enquête du sénat français qui a dévoilé les noms des coureurs qui ont eu recours à l'EPO au Tour 1998.

Laurent Jalabert ne serait pas le seul coureur dont on a retrouvé des traces d'EPO dans les urines lors du Tour de France 1998. Selon le site du journal Le Monde, Marco Pantani, Jan Ullrich et Erik Zabel, notamment, seraient également positifs à l'EPO sur ce Tour marqué par l'affaire Festina. Aucune sanction n'est envisagée pour les coureurs incriminés.

Le coureur allemand Stefan Schumacher, contrôlé positif à l'EPO après le Tour de France 2008 et aux JO de Pékin, a avoué à l'hebdomadaire allemand Der Spiegel que le dopage avait été "(son) quotidien, comme un plat de pâtes après l'entraînement".

Le Danois Rolf Sorensen, ancien vainqueur de Liège-Bastogne-Liège et du Tour des Flandres notamment, a avoué à la télévision danoise (TV2) lundi avoir eu recours au dopage et utilisé de l'EPO durant sa carrière.

Les cyclistes qui se dopent à l'EPO (erythropoïétine) mettent leur vie en danger, sans être certains de pouvoir améliorer leurs performances, selon une étude de chercheurs européens publiée ce jeudi dans le British Journal of Clinical Pharmacology.

Patrice Ciprelli, le mari et entraîneur de la championne cycliste française Jeannie Longo, a été placé en garde à vue ce mercredi, rapporte L'Equipe sur son site internet. Il est soupçonné d'avoir acheté de l'EPO en Chine. Jeannie Longo serait entendue comme témoin.