Tout sur droits télé

Mercredi dernier, Joan Collet, le président de l'Espanyol Barcelone a confié à l'AFP la possibilité d'une journée de grève dans le championnat espagnol. En cause ? Un système de négociation des droits TV qui est loin de faire l'unanimité.

Plusieurs clubs de football de l'élite ont conclu en toute discrétion un accord avec le fisc. Depuis 2008, la majorité des formations de division 1 ne payaient pas d'impôts sur les importantes rentrées financières que leur apportent les droits télévisés.

La Pro League, l'association belge des clubs de D1, n'a pas encore pris de décision quant aux droits télé pour la prochaine saison de Jupiler Pro League, après l'assemblée générale de ce vendredi. "La deuxième phase de négociations individuelles va débuter", a-t-on appris après la réunion.

La Pro League, qui regroupe et défend les clubs de D1, et son "conseiller" italien pour la vente des droits télévisés MP&Silva, sont "dans la phase finale de la rédaction du cahier des charges", a affirmé vendredi le président de la Pro League Michel Dupont dans un communiqué. Il réagissait ainsi à un article du Morgen selon lequel ce dossier "s'enlisait".

Belgacom a renoncé au contrat d'exclusivité passé avec Charleroi et de Waasland-Beveren pour la diffusion de leurs matches à domicile. Cette annonce, faite ce vendredi, permettra aux deux clubs néo-promus de respecter l'accord conclu entre la Pro League et Telenet/Voo.

Le Comité exécutif de l'Union belge de football (URBSFA) devait approuver samedi la réforme de la Coupe de Belgique. Mais aucun accord n'a pu être trouvé, a indiqué son porte-parole.