Tout sur Dion Cools

Arrivé à l'Essevee cet hiver, Dion Cools ne s'est pas imposé comme il l'aurait espéré. Il va profiter de la pause internationale pour se ressourcer avec... Malaisie. "Lorsque le prince héritier de Johor m'a appelé, j'ai décidé de jouer pour le pays natal de ma mère", explique-t-il au Krant van West-Vlaanderen.

Ce weekend, on devrait y voir plus clair dans le bas de tableau. Si le bonnet d'âne du Beerschot ne fait plus beaucoup de doute, la lutte pour éviter l'avant-dernière place est intense. Synonyme de barrage contre le deuxième de D1B, elle a fait l'objet d'un chassé-croisé entre Zulte-Waregem et Seraing pendant une bonne partie de la saison. Dimanche, les deux équipes aux parcours miroirs s'affrontent dans un match à six points.

Un jeune Belgo-Malaisien, un Hollandais, un Colombien, un Sénégalais, un Croate, un Nigérian, un Flamand et maintenant un Angolais. Qui sera le nouveau Thomas Meunier ?

Comme il est difficile de rallier l'équipe première, l'EURO - et le billet pour les Jeux Olympiques qui l'accompagne - est très important pour les espoirs.

Si on part du principe qu'il faut prendre 20 à 21 points en PO1 pour décrocher le titre, le Club Bruges sait ce qu'il lui reste à faire. Il a déjà gaspillé six unités et doit retrouver la sérénité.

Né de père belge et de mère malaisienne, Dion Cools est influencé par deux mondes différents mais il a sa propre identité.

Né de père belge et de mère malaisienne, Dion Cools est influencé par deux mondes différents mais il a sa propre identité. " J'aime lire, ça m'oblige à réfléchir. "

Le match d'ouverture de la saison 2016-2017 s'est soldé, vendredi, par la victoire du Club Bruges au FC Malines (0-2). Devant une assistance record pour le stade Afas (15.136 spectateurs), José Izquierdo (27e) et Dion Cools (30e) ont inscrit les buts des champions en titre. Christof Dierick a arbitré la rencontre à la place de Sébastien Delferière, qui est devenu papa jeudi.