Tout sur DFL

"Nous n'avions pas d'autre choix que de nous battre pour revenir très vite". La Bundesliga sera samedi le premier championnat majeur à aller à son terme depuis la reprise post-coronavirus, grâce à une volonté sans faille et à l'unité du monde du football allemand.

Le football est à l'arrêt depuis deux mois à cause de la pandémie de coronavirus mais samedi, les amateurs du ballon rond seront irrémédiablement attirés par la Bundesliga. En effet, le championnat allemand est le premier à reprendre, à huis clos et sous haute surveillance sanitaire.

Pour obtenir le droit de redémarrer samedi, la Bundesliga promet de se soumettre à un protocole sanitaire draconien, qui encadre à peu près tous les aspects de la vie des joueurs et pourrait inspirer les autres grands championnats.

La chancelière fédérale allemande Angela Merkel et les premiers ministres des seize états régionaux ont accepté lors de leur visioconférence, tenue mercredi après-midi, d'autoriser la reprise du championnat d'Allemagne de football (Bundesliga et division 2) à huis clos.

La Bundesliga a exhorté ses clubs à ne pas divulguer les résultats des tests au coronavirus. "Nous sommes en train de collecter les données et nous les communiquerons lundi à l'issue du conseil d'administration. D'ici là, nous demandons de ne pas les publier", a écrit la Ligue de football allemande (DFL) dans un mail adressé à ses 36 clubs, a écrit lundi le magazine spécialisé Kicker.

Il y a peu, Dietmar Hopp était l'homme le plus détesté du football allemand. L'opinion publique a changé depuis que le riche propriétaire de Hoffenheim espère trouver rapidement un vaccin contre le coronavirus grâce à l'aile pharmaceutique de son empire.

Le modèle économique de la Bundesliga a fait ses preuves, les bénéfices sont de plus en plus gros. Mais même les formules les plus exemplaires ne sortiront pas indemnes de la crise du coronavirus. Où sont les brèches ?

La Bundesliga, le championnat allemand de football, a pratiquement doublé ses revenus au cours des sept dernières années, atteignant 3,81 milliards d'euros lors de la saison 2017-2018, a annoncé mercredi la ligue allemande de football (DFL).