Tout sur Danemark

Quarante-huit heures après la déception d'Oslo, c'est une nouvelle échéance qui attend les Red Flames : le tirage au sort des poules de l'EURO 2022, pour lequel les Belges se veulent ambitieuses mais réalistes.

Après l'argent de Van Aert et le bronze d'Evenepoel chez les élites, la Belgique décroche une troisième médaille en contre-la-montre dans ces mondiaux, cette fois dans la catégorie espoirs. Le Danois Johan Price-Pejtersen s'est montré le plus rapide sur le parcours de 30,3 km entre Knokke-Heist et Bruges, confirmant la domination du Danemark dans cette catégorie. L'Australien Lucas Plapp a pris la deuxième place.

Viktor Fischer (27 ans) a été le golden boy du football danois mais deux graves blessures ont entravé son éclosion. Il veut se retrouver à l'Antwerp. Découverte d'un talent spécial, dont les centres d'intérêt ne se limitent pas au terrain.

Le Danemark ne doit pas sa place en demi-finale de l'EURO uniquement à son esprit d'équipe sans faille, mais aussi à un excellent coaching. Au loin, on entendrait presque résonner l'écho de 1992...

Près de trente ans après sa légendaire victoire à l'EURO 92, le Danemark peut écrire une nouvelle page d'histoire. Et pour cela, une victoire en quart de finale contre la République tchèque ne sera pas forcément nécessaire. Car le sélectionneur Kasper Hjulmand voulait surtout réconcilier la population danoise avec la Danish Dynamite.

Les Three Lions joueront pour la première et dernière fois du tournoi hors de leur temple de Wembley. Ce déplacement à Rome, avec des supporters peu nombreux en raison des mesures covid, s'annonce piégeux face à des Ukrainiens qui n'auront rien à perdre. Dans l'autre quart, Danois et Tchèques veulent imiter les épopées européennes de leurs aînés dans les années 90.