Tout sur coupe du monde 2014

Après chaque Coupe du Monde vient l'heure du bilan. Le résultat de la finale indique 1-0 pour l'Allemagne face à l'Argentine, mais le vrai perdant, c'est le Brésil et ses Brésiliens. Le tournoi, qui fut une réussite sur le plan sportif, a laissé quelques cadavres derrières lui, appelés "éléphants blancs" dans le jargon. Comprenez des stades flambants neufs et ultra-modernes, qui ne sont pas ou peu exploités.

Ayant en commun la recherche depuis 16 ans d'une victoire en Coupe du monde de football, Iran et Nigeria avaient l'occasion lundi soir à Curitiba de mettre fin à cette attente dans leur rencontre comptant pour le groupe F. Ils n'en ont pas profité. Le 13e match de ce 20e Mondial s'est soldé par le premier match nul, qui plus est sans le moindre but inscrit (0-0). Le public ne s'y est pas trompé et a sifflé les joueurs à la fin du match.

Le championnat brésilien se joue cette année à un rythme effréné. En cause : la Coupe du Monde. La compétition nécessite que les stades soient disponibles au plus tôt.

Marc Wilmots s'est réjoui de la victoire des Diables Rouges mardi contre l'Ecosse par 2 buts à 0 en qualifications pour le Mondial 2014. Mais pour le sélectionneur national, "nous n'avons encore rien au Brésil, ni un bras, ni une jambe. Je ne calcule pas les points. Nous ne sommes qu'au volet 4 de ces qualifications, il y aura le volet 5 et 6 en mars contre la Macédoine. Il faudra faire minimum un 4 sur 6 à ce moment-là".

Promu à la tête de l'équipe de France, Didier Deschamps devra réussir à gérer une génération de Bleus réputée incontrôlable tout en développant un football chatoyant. Sa mission : se qualifier pour la Coupe du Monde 2014 et y briller. En a-t-il les capacités ?