Tout sur Commission des litiges

Deux ans après la spectaculaire opération policière, les arrestations, les emprisonnements et les beaux discours, l'affaire Mains Propres est dans une ornière. Comment ? Pourquoi ? Pour combien de temps encore ?

La Commission des litiges d'appel de l'Union belge de football a infligé lundi une amende de 6000 euros (dont 1000 avec sursis) au Standard, pour le comportement des supporters liégeois lors du match face à l'Antwerp.

Le Standard a écopé d'une amende de 1.000 euros de la Commission des litiges de l'Union belge de football mardi suite aux comportements de ses supporters le 19 octobre dernier contre Genk en championnat.

Mardi, la Commission des litiges de la Fédération royale belge de football (RBFA) a infligé à Paul-José Mpoku une suspension de quatre matchs, dont deux avec sursis, et une amende de 3.000 euros. Le milieu de terrain offensif international congolais du Standard manquera les rencontres contre Anderlecht et l'Antwerp. La Standard et le joueur peuvent encore aller en appel de cette décision.

Le parquet de l'Union belge de football va réclamer dans sa plaidoirie le 18 octobre prochain le retrait de deux points et un match à huis clos à l'encontre de Saint-Trond et de Genk suite à l'arrêt de leur match en championnat le 28 septembre dernier. La chambre d'appel de la Commission des litiges se penche en effet sur le dossier le 18 octobre.

La chambre d'appel de la Commission des Litiges de l'Union Belge de Football (URBSFA) a infligé mardi une amende de 1.000 euros à l'encontre de l'Antwerp en raison des chants discriminatoires anti-wallons entonnés par ses supporters lors du déplacement des Anversois à Charleroi à l'occasion de la 3e journée de Pro League.

Les chants antisémites entonnés par les supporters du Club de Bruges lors du 'topper' face à Anderlecht le 4 avril dernier ont bel et bien un caractère offensant. Ainsi en a décidé la Cour belge d'arbitrage pour le sport (CBAS), indique lundi soir le Comité de coordination des organisations juives de Belgique (CCOJB) et le Forum der joodse organisaties (FJO), parties intervenantes dans la procédure d'arbitrage.

Le matchfixing Malines - Waasland-Beveren est le plus gros scandale dans notre foot depuis un paquet d'années. Alors, pourquoi est-il traité avec aussi peu de sérieux ?

C'est sous la direction de Marc Boes que la CBAS s'exprimera au sujet des accusations de match arrangé entre Malines et Waasland-Beveren en mars 2018.

La chambre d'appel de la Commission des Litiges de l'Union Belge a rendu son verdict : le YRFC Malines est coupable d'avoir falsifié le résultat du match du 11 mars 2018 face à Waasland-Beveren. Il ne montera pas en D1A et ne jouera pas la Coupe d'Europe. À moins que la Commission Belge d'Arbitrage du Sport (CBAS) n'en décide autrement.

La procédure disciplinaire entamée par l'Union belge de football devant la Commission des litiges d'appel dans le cadre des soupçons de trucage de matches mis au jour ces derniers mois ne doit pas être suspendue, a estimé jeudi le tribunal de l'entreprise de Bruxelles. Ce dernier s'est déclaré incompétent dans cette affaire.

Les avocats ont plaidé pendant des heures dans l'affaire de match fixing mais le juge des référés pourrait très bien mettre un terme à la procédure disciplinaire de la fédération.

Trois clubs de football, le Beerschot Wilrijk, le Sporting Lokeren et l'AFC Tubize, et deux associations de supporters se sont portées volontairement partie intéressée auprès de la Commission des litiges d'appel de l'Union belge de football (URBSFA), mardi. Celle-ci examine le dossier de possible match arrangé dans la lutte pour le maintien de la saison passée. Les avocats des parties intéressées effectueront leurs plaidoiries le 18 mai.

Le Standard devait comparaître jeudi en tant que partie intéressée devant la Commission des litiges d'appel de l'Union belge de football (URBSFA) dans le cadre du match arrêté contre Anderlecht le 12 avril. Les Liégeois veulent surtout une décision rapide concernant le score de forfait (5-0) en leur faveur. "Dans l'intérêt du bon déroulement de la compétition, nous demandons qu'une décision soit prise rapidement", a déclaré l'avocat Alexander Vantyghem.

La Commission des litiges d'appel de l'Union belge de football s'est penchée jeudi sur le match arrêté entre le Standard et Anderlecht le 12 avril dernier suite aux troubles provoqués par les supporters bruxellois. Selon le procureur Kris Wagner, "il n'y a pas d'excuse pour de tels actes antisociaux". Dans ses propositions de sanction, Wagner veut tenter de changer les mentalités des clubs et des supporters.