Tout sur COIB

Le Comité Olympique et Interfédéral Belge (COIB) a rapidement réagi après la décision du Comité International Olympique (CIO) de reporter les Jeux de Tokyo (24 juillet - 9 août) après 2020 mais au plus tard à l'été 2021. Dans un communiqué, il a ainsi "salué la sage décision" alors que le monde entier est paralysé par la pandémie de coronavirus.

Un entretien saisissant où il est question d'une éducation à l'ancienne, d'un sale boulot dans les hauts fourneaux de Cockerill, d'un passage dans une secte au Japon, de dépression, de cellulite dans des salles de fitness, de Jane Fonda, de bouddhisme aussi.

Au terme des trois prochains matches, qui se tiendront en cette fin de semaine dans un Versluys Dôme archi-comble à Ostende, les Belgian Cats sauront si elles ont réalisé leur rêve ultime : disputer les Jeux Olympiques à Tokyo. Entretien avec le manager général de l'équipe, Koen Umans, qui parle d'un tremplin pour la gloire pour cette génération dorée.

Encore 200 jours. C'est le chiffre affiché lundi dernier par l'horloge qui opère le décompte jusqu'au début des JO de Tokyo. Les athlètes belges n'auront jamais été aussi bien préparés et jamais le Team Belgium n'aura été aussi soudé. Mais combien de médailles cela peut-il nous rapporter ?

9,95 sur 10. C'est la cote donnée par Olav Spahl, Chef de Mission pour Tokyo 2020, au stage annuel du COIB qui a eu lieu au cours des deux dernières semaines à Belek. Le Team Belgium veut inspirer le pays et la génération suivante.

Avec six médailles et dix-neuf diplômes olympiques (top-8), les Jeux Olympique de Rio 2016 ont été un succès pour la Belgique. Mais Pierre-Olivier Beckers, président du Comité olympique et interfédéral belge (COIB), veut placer la barre encore plus haut pour les JO de Tokyo l'été prochain.

Après trois mois aux côtés de son prédécesseur Eddy De Smedt, Olav Spahl (44 ans) a pris ses fonctions, début décembre, comme nouveau directeur du sport de haut niveau du COIB, exactement 600 jours avant l'ouverture des Jeux Olympiques de Tokyo..