Tout sur COIB

S'entraîner d'arrache-pied pendant des mois pour exécuter à la perfection chaque mouvement avec sang-froid, pendant une quarantaine de secondes, à un grand rendez-vous: c'est l'exploit que Nina Derwael (21 ans) a réalisé de multiples fois, de même qu'à Tokyo. Grâce à une résistance exceptionnelle au stress, innée mais aussi acquise. Depuis le début de sa carrière, elle réfléchit, planifie, s'entraîne.

Le 2 juillet, la nageuse namuroise a été entraînée dans un ascenseur émotionnel. Quelques heures après avoir appris qu'elle était invitée par la fédération internationale à participer aux 200m et 400m libre à Tokyo, le Comité olympique belge refusait de valider cette sélection en se retranchant derrière ses critères internes.

Tandis que les préparatifs pour Tokyo vont bon train, le COIB continue à travailler, tant sur le court que le long terme. Le CEO, Philippe Vander Putten, se félicite des réussites actuelles sans oublier les difficultés. Et en se projetant déjà vers les futures échéances.

Organiser la participation d'une délégation aux Jeux Olympiques n'a rien d'évident. En cette année particulière, dire cela ressemble même à un euphémisme. Olav Spahl, chef de mission pour les JO de Tokyo, raconte cette préparation très spéciale.

Psychologue de formation, Eline Berings (34 ans) publie régulièrement sur Instagram des phrases qui lui servent de fil conducteur dans sa carrière de sportive. Elle espère ainsi inspirer d'autres athlètes et le commun des mortels. D'autant plus que pendant la crise sanitaire, le mental est mis à rude épreuve. Nous avons sélectionné cinq phrases et avons demandé à la spécialiste du 100 m haies d'ouvrir son manuel de psycho.

En 2020, il était inévitable de reporter les Jeux Olympiques de Tokyo, mais bien que la pandémie soit toujours présente, il semble actuellement tout aussi impensable de les annuler. "The Games of the 32nd Olympiad" débuteront-ils le 23 juillet? On fait le point en six questions.

Le Comité Olympique et Interfédéral Belge (COIB) a rapidement réagi après la décision du Comité International Olympique (CIO) de reporter les Jeux de Tokyo (24 juillet - 9 août) après 2020 mais au plus tard à l'été 2021. Dans un communiqué, il a ainsi "salué la sage décision" alors que le monde entier est paralysé par la pandémie de coronavirus.

Un entretien saisissant où il est question d'une éducation à l'ancienne, d'un sale boulot dans les hauts fourneaux de Cockerill, d'un passage dans une secte au Japon, de dépression, de cellulite dans des salles de fitness, de Jane Fonda, de bouddhisme aussi.

Au terme des trois prochains matches, qui se tiendront en cette fin de semaine dans un Versluys Dôme archi-comble à Ostende, les Belgian Cats sauront si elles ont réalisé leur rêve ultime : disputer les Jeux Olympiques à Tokyo. Entretien avec le manager général de l'équipe, Koen Umans, qui parle d'un tremplin pour la gloire pour cette génération dorée.

Encore 200 jours. C'est le chiffre affiché lundi dernier par l'horloge qui opère le décompte jusqu'au début des JO de Tokyo. Les athlètes belges n'auront jamais été aussi bien préparés et jamais le Team Belgium n'aura été aussi soudé. Mais combien de médailles cela peut-il nous rapporter ?

9,95 sur 10. C'est la cote donnée par Olav Spahl, Chef de Mission pour Tokyo 2020, au stage annuel du COIB qui a eu lieu au cours des deux dernières semaines à Belek. Le Team Belgium veut inspirer le pays et la génération suivante.

Avec six médailles et dix-neuf diplômes olympiques (top-8), les Jeux Olympique de Rio 2016 ont été un succès pour la Belgique. Mais Pierre-Olivier Beckers, président du Comité olympique et interfédéral belge (COIB), veut placer la barre encore plus haut pour les JO de Tokyo l'été prochain.