Tout sur Branko Strupar

Le Standard a été le grand absent de la soirée du Soulier d'Or. Le club n'a plus gagné un trophée individuel depuis... 2009. Retour sur une interminable traversée du désert et explications. Pourquoi ce n'est pas le club liégeois qui s'est installé sur le toit de notre foot pendant dix ans, comme on l'avait pourtant prédit au moment des deux titres ?

Délégué du Stade Brainois depuis plus de 30 ans, Pascal Delmoitiez est aussi l'organisateur, dans le fief de la famille Hazard, de l'exposition Foot Fair-Play*, qui en est à sa septième édition cette année.

Cette année, Genk, champion, est automatiquement qualifié pour la phase de poules de la CL. Ce n'était pas le cas il y a vingt ans. Après son premier sacre national, il a été éliminé en qualifications.

Il est un des artisans du premier titre décroché par le Racing Genk en 1998-99. De son quartier de Zagreb où il s'est installé depuis la fin de sa carrière en 2003, l'ancien Soulier d'or Branko Strupar revient sur les grands moments de cette " année dorée ".

Une grande carcasse mais un petit coeur. Le malchanceux du Standard nous laisse pénétrer dans son intimité. Il y est question de MacGyver, des cassettes du duo Strupar / Oulare père qu'il matait en boucle, de son spleen d'ado à l'Académie, de sa relation très particulière avec Waregem,...