Tout sur Benjamin Nicaise

La première semaine de Luka Elsner à Liège a longtemps ressemblé au début d'une idylle sans accroc. Clinique dans sa communication, le Franco-Slovène se serait bien vu surfer sur cette vague d'optimisme quelques jours de plus. C'était avant de saborder sa fin de match contre OHL. Le Standard a changé de docteur, pas encore de dynamique.

La défaite de ce vendredi à Malines fut celle de trop. Ses adjoints Patrick Asselman et Eric Deflandre sont aussi écartés. Les entraînements seront assurés d'ici là par le trio Geoffrey Valenne, Kevin Caprasse et Reginal Goreux.

Balayés par le réalisme de l'Antwerp, les Liégeois ne parviennent pas à trouver l'indispensable stabilité défensive pour progresser dans la durée. Le voyage de l'année 2021 commence à ressembler à une avancée dans le brouillard.

À l'heure de juger le mercato rouche, il est souvent placé sur le banc des accusés sans jamais venir à la barre pour se justifier. À sa manière et loin des projecteurs, Benjamin Nicaise travaille pourtant au renouveau de la gestion sportive du Standard. Passage en revue des dossiers méticuleusement classés de l'ancien gratteur de ballons de Sclessin.

Vingt-huit coaches se sont déjà installés sur un banc de l'élite belge cette saison. Certains en ont même eu plusieurs. Parce qu'à l'heure de choisir leur nouveau coach, nos clubs ne sont pas toujours les plus originaux. Encore moins les plus rigoureux. Tour de manège avec une question en refrain: comment les clubs de Pro League choisissent-ils leur coach?

Relancé en championnat, le Standard vit des mois agités en coulisses. Un nouveau coach, un nouvel attaquant, et une nouvelle fin de mercato tumultueuse sont à la carte du premier menu rouchede 2021. À savourer en plusieurs bouchées.

En panne d'idées, la direction du Standard a été contrainte de limoger Philippe Montanier samedi, au soir d'une nouvelle défaite qui a un peu plus plongé les Liégeois dans la crise. Autopsie d'une petite mort attendue. Et d'un rebond désormais indispensable.

Présider le Standard est loin d'être une mission tranquille. Bruno Venanzi l'a appris à ses dépens, au cours d'un parcours qui atteint presque son cinquième anniversaire. Entre course financière, agents influents et principes tombés aux oubliettes, le gâteau pourrait avoir un arrière-goût amer.

La Comission des licences n'a pas octroyé son sésame au Standard. Il y a deux semaines, Sport/Foot Magazine faisait déjà état des gros soucis financiers du club liégeois. Entre primes impayées, salaires mirobolants et mercato gourmand, la comptabilité liégeoise est aux abois.