Tout sur Affaire Puerto

Le docteur Eufemiano Fuentes et l'ex-préparateur physique de l'équipe Comunidad Valenciana, José Ignacio Labarta ont été reconnus coupables de délit contre la santé publique et condamnés respectivement à un an et à 4 mois de prison, à l'issue du procès Puerto ce mardi à Madrid. Les anciens directeurs sportifs, Manolo Saiz et Vicente Belda ont été acquittés, ainsi que la soeur de Fuentes, Yolanda, également docteur.

Le sulfureux médecin espagnol Eufemiano Fuentes a déclaré mercredi lors du procès de l'affaire Puerto, dont il est la figure centrale, qu'il était prêt à dévoiler le nom de ses clients. Si on le lui demande, Fuentes est prêt à collaborer avec les agences antidopage espagnole (AEA) et mondiale (AMA).

L'ancien coureur Jesus Manzano, 35 ans, partie civile du procès de l'affaire de dopage Puerto, a assuré ce mercredi qu'"il y aurait pu y avoir un mort" au sein de son ancienne équipe Kelme du fait du système de dopage mis en place par le principal accusé Eufemiano Fuentes, médecin-chef de Kelme entre 2001 et 2003.

L'ex-coureur cycliste allemand Jörg Jaksche, entendu lundi comme témoin au procès de l'affaire Puerto à Madrid, a décrit le système de dopage organisé par le docteur Fuentes, principal accusé de l'affaire, se refusant toutefois à donner les noms d'autres sportifs impliqués. L'Italien Ivan Basso n'a revanche pas été aussi disert.

Le coureur cycliste espagnol Alberto Contador de l'équipe Saxo-Tinkoff, cité comme témoin dans le procès de l'affaire de dopage Puerto, se déplacera finalement le 22 février au tribunal supérieur de justice de Madrid, a annoncé ce lundi un porte-parole du tribunal.

Le docteur espagnol Eufemiano Fuentes, principal accusé dans le procès de l'affaire de dopage sanguin Puerto, a déclaré ce mardi devant le tribunal que ses clients avaient pu être d'autres sportifs que des cyclistes, même si c'était majoritairement des cyclistes.

Les avocats d'Eufemiano Fuentes, figure centrale du scandale de dopage "Affaire Puerto" en Espagne, ont admis que leur client avait transfusé des sportifs professionnels, mais ils maintiennent qu'il n'a pas enfreint la loi, peut-on lire dans une déclaration publiée dans El Pais lundi.