Les matches d'ouverture donnant souvent lieu à des scores de parité, le partage 1-1 concédé par l'Argentine face aux modestes Boliviens est surprenant mais pas improbable. Par contre, le faux-pas du Brésil, le géant sud-américain, est carrément historique. Car les représentants du Venezuela s'étaient toujours inclinés sévèrement jusqu'ici, face à leurs homologues brésiliens, lors de leurs cinq confrontations antérieures dans cette épreuve.

Un joueur s'est tout particulièrement mis en évidence lors de ce Brésil-Venezuela : l'ancien back droit de La Gantoise Roberto Rosales, qui a parfaitement muselé le nouveau prodige du football brésilien, Neymar.

Le médian argentin d'Anderlecht, Lucas Biglia, a eu pour sa part moins de chance, puisqu'il était simple réserviste à l'occasion de l'entrée en matière des siens face aux Boliviens.

Bruno Govers, Sport/Foot Magazine

Les matches d'ouverture donnant souvent lieu à des scores de parité, le partage 1-1 concédé par l'Argentine face aux modestes Boliviens est surprenant mais pas improbable. Par contre, le faux-pas du Brésil, le géant sud-américain, est carrément historique. Car les représentants du Venezuela s'étaient toujours inclinés sévèrement jusqu'ici, face à leurs homologues brésiliens, lors de leurs cinq confrontations antérieures dans cette épreuve. Un joueur s'est tout particulièrement mis en évidence lors de ce Brésil-Venezuela : l'ancien back droit de La Gantoise Roberto Rosales, qui a parfaitement muselé le nouveau prodige du football brésilien, Neymar. Le médian argentin d'Anderlecht, Lucas Biglia, a eu pour sa part moins de chance, puisqu'il était simple réserviste à l'occasion de l'entrée en matière des siens face aux Boliviens. Bruno Govers, Sport/Foot Magazine