Une évaluation du système des play-offs après une saison et demie à peine, c'est un non-sens. Un bilan au bout de trois ans aurait été plus indiqué. Même si, dans ce cas, on aurait sans doute débouché sur la même issue qu'aujourd'hui. Car, qu'on le veuille ou non, ce ne sont pas les grands qui font la loi dans notre football, mais les petits. Comme ils sont plus nombreux que les ténors, le mot de fin leur revient toujours. Et ça ne fait manifestement pas avancer les choses.

Le retour à un championnat classique s'assimilerait à mes yeux au Moyen Age. En lieu et place d'aller de l'avant, on recule. La logique aurait voulu qu'on reparte à 16 sur les anciennes bases. Mais non, on le fera à 18. Tant qu'on y est, pourquoi pas à 20? En Premier League c'est le cas, et en Espagne aussi. Pourquoi n'imiterions-nous pas le même exemple? La Jupiler Pro League, c'est le top, non?

Une question m'interpelle quand même: comment allons-nous passer de 16 à 18 clubs en fin de campagne? Il faudra une adaptation du règlement. Voilà qui promet une belle foire d'empoigne entre les mal-lotis de l'élite et la tête de la D2.

A voir aussi: logique que les grands négocient à part...

Puisque la voix des grands n'a pas été entendue, je ne vois pas pourquoi, à leur tour, ils ne pourraient pas songer à leur propre intérêt en matière de droits télé. Ce sont leurs matches qui intéressent prioritairement le grand public et non des rencontres de bas de classement. Je comprendrais, dans ces conditions, qu'ils songent à une clé de répartition plus avantageuse pour eux. Ou qu'ils vendent individuellement leurs droits.

Une évaluation du système des play-offs après une saison et demie à peine, c'est un non-sens. Un bilan au bout de trois ans aurait été plus indiqué. Même si, dans ce cas, on aurait sans doute débouché sur la même issue qu'aujourd'hui. Car, qu'on le veuille ou non, ce ne sont pas les grands qui font la loi dans notre football, mais les petits. Comme ils sont plus nombreux que les ténors, le mot de fin leur revient toujours. Et ça ne fait manifestement pas avancer les choses. Le retour à un championnat classique s'assimilerait à mes yeux au Moyen Age. En lieu et place d'aller de l'avant, on recule. La logique aurait voulu qu'on reparte à 16 sur les anciennes bases. Mais non, on le fera à 18. Tant qu'on y est, pourquoi pas à 20? En Premier League c'est le cas, et en Espagne aussi. Pourquoi n'imiterions-nous pas le même exemple? La Jupiler Pro League, c'est le top, non? Une question m'interpelle quand même: comment allons-nous passer de 16 à 18 clubs en fin de campagne? Il faudra une adaptation du règlement. Voilà qui promet une belle foire d'empoigne entre les mal-lotis de l'élite et la tête de la D2. A voir aussi: logique que les grands négocient à part... Puisque la voix des grands n'a pas été entendue, je ne vois pas pourquoi, à leur tour, ils ne pourraient pas songer à leur propre intérêt en matière de droits télé. Ce sont leurs matches qui intéressent prioritairement le grand public et non des rencontres de bas de classement. Je comprendrais, dans ces conditions, qu'ils songent à une clé de répartition plus avantageuse pour eux. Ou qu'ils vendent individuellement leurs droits.