Le 3 février 2008, les New England Patriots étaient à un match de signer le plus grand exploit de l'histoire du football américain. Réaliser une saison parfaite de 19 victoires en autant de rencontres. Une passe miraculeuse puis un touchdown réussi à 39 secondes du terme ont brisé le rêves des Bostoniens lors du 42e Super Bowl. Les New York Giants avaient créé l'énorme surprise et gagné 17-14 à Phoenix. Place donc à la revanche cette année.

Devant plus de 100 millions de téléspectateurs, New England disputera le 7e Super Sunday de son histoire et le 5e au cours des 11 dernières saisons disputées sous la houlette de leurs coach et quarterback emblématiques Bill Belichick et Tom Brady. L'un et l'autre viseront une 4e victoire après 2001, 2003 et 2004.

Face à eux, ils retrouveront le coach Tom Coughlin et le QB Eli Manning, qui jouera dans le stade où l'idole n'est autre que son frère Payton, le QB des Colts absent cette saison en raison d'une blessure au cou. New York ambitionne un 4e succès en 5 finales après 1986, 1990 et 2007.

Si Brady espère à 34 ans rejoindre la légende Joe Montana, vainqueur à 4 reprises du titre avec San Francisco entre 1982 et 1990, Eli Manning peut, à 31 ans, dépasser son grand frère avec deux succès en Super Bowl contre un seul au métronome d'Indianapolis couronné en 2007.

Les têtes pensantes et la philosophie des deux équipes n'ont pas changé en quatre ans. En revanche le reste des effectifs a été bouleversé.

New England s'appuie sur un jeu offensif original et varié qui cette année peut compter sur deux tight end (receveur lourd) irrésistibles, Rob Gronkowski (qui est incertain) et Aaron Hernandez, le petit receveur Wes Welker et le coureur BenJarvus Green-Ellis.

Les Giants reposent leurs succès sur une défense intraitable contre la course emmenée par un redoutable defensive end Jason Pierre-Paul, mais qui n'est que 29e contre la passe, alors que l'attaque mise sur des exploits des receveurs Victor Cruz et Hakeem Nicks après le travail de sape des coureurs Ahmad Bradshaw et du colossal Brandon Jacobs.

New England a terminé premier de sa Conférence en saison régulière (13 victoires - 3 défaites), son parcours en playoffs a bien failli s'arrêter en finale de l'AFC contre Baltimore, les Ravens loupant dans les dernières secondes un TD qui leur aurait offert la victoire au lieu d'être battus 23-20. Brady avait été très quelconque ce jour-là.

A l'inverse, les Giants (9 succès - 7 revers) ont arraché de justesse leur qualification pour la phase finale lors du dernier match de saison régulière et ont ensuite réalisé deux exploits en gagnant à Green Bay (20-37) et à San Francisco (17-20) face aux deux meilleures formations de la saison dans la NFC.

Patriots et Giants se sont rencontrés en saison régulière, le 6 novembre dernier, et les New Yorkais ont encore surpris en gagnant dans la banlieue de Boston 20 à 24. De quoi exacerber encore, si besoin en est, la volonté de revanche des Patriots qui n'ont pas perdu de vue que lors des 12 Super Bowl qui ont opposé des équipes qui s'étaient rencontrées en saison régulière, à 7 reprises le Trophée Vince Lombardi est revenu à l'équipe battue lors du 1er duel.

Sportfootmagazine.be, avec Belga