Par Bruno Govers Pour Anderlecht, l'année 2013 n'a pas trop mal débuté. Sans réellement bien jouer, les Sportingmen ont réalisé un 4 sur 6 en championnat (un 2-2 flatteur face au Standard et une victoire laborieuse (1-2) à Waasland-Beveren, tout en battant de justesse (1-0) le Racing Genk en match-aller des demi-finales de la Coupe de Belgique.

Indépendamment de cette bonne passe sportive, les Bruxellois pourraient fort bien réaliser aussi, en cette période, une affaire financière juteuse. Après les 15 millions engrangés suite à leur participation à la phase des groupes de la Ligue des Champions, ils sont à présent susceptibles de palper une dizaine d'autres millions dans les dossiers concernant Matias Suarez et Kanu.

Le premier passera, ce dimanche, une nouvelle fois des tests physiques, à Munich, pour le compte du CSKA Moscou. En cas de feu vert, rien ne s'opposera plus à un passage de l'Argentin dans les rangs moscovites. Courtisé de longue date, pour sa part, par le Terek Grozny, son compère brésilien pourrait, lui, rallier la Tchétchénie. Un transfert qui devrait rapporter entre 2 et 3 millions aux Mauves, alors qu'ils engrangeront un peu plus de 8 millions pour la mutation de Suarez en Russie.

De quoi se frotter les mains, quand on sait que ce montant total représente le quart du budget annuel du RSCA. Mais la direction ne doit peut-être pas crier victoire trop vite. Car d'un côté, Suarez semble un peu refroidi, au propre comme au figuré, à l'idée de se produire dans un championnat russe guère médiatisé. Quant à Kanu, il a toujours joui d'une bonne cote auprès de l'entraîneur John van den Brom, qui a encore loué sa prestation à Beveren, dimanche passé. Et qui espère pouvoir conserver le joueur, tout comme il aimerait bénéficier des services de l'autre, dont on lui a toujours dit le plus grand bien.

Le Néerlandais saura-t-il se montrer persuasif ou ses patrons succomberont-ils à l'argent ? Réponse cette semaine encore...

Par Bruno Govers Pour Anderlecht, l'année 2013 n'a pas trop mal débuté. Sans réellement bien jouer, les Sportingmen ont réalisé un 4 sur 6 en championnat (un 2-2 flatteur face au Standard et une victoire laborieuse (1-2) à Waasland-Beveren, tout en battant de justesse (1-0) le Racing Genk en match-aller des demi-finales de la Coupe de Belgique. Indépendamment de cette bonne passe sportive, les Bruxellois pourraient fort bien réaliser aussi, en cette période, une affaire financière juteuse. Après les 15 millions engrangés suite à leur participation à la phase des groupes de la Ligue des Champions, ils sont à présent susceptibles de palper une dizaine d'autres millions dans les dossiers concernant Matias Suarez et Kanu. Le premier passera, ce dimanche, une nouvelle fois des tests physiques, à Munich, pour le compte du CSKA Moscou. En cas de feu vert, rien ne s'opposera plus à un passage de l'Argentin dans les rangs moscovites. Courtisé de longue date, pour sa part, par le Terek Grozny, son compère brésilien pourrait, lui, rallier la Tchétchénie. Un transfert qui devrait rapporter entre 2 et 3 millions aux Mauves, alors qu'ils engrangeront un peu plus de 8 millions pour la mutation de Suarez en Russie. De quoi se frotter les mains, quand on sait que ce montant total représente le quart du budget annuel du RSCA. Mais la direction ne doit peut-être pas crier victoire trop vite. Car d'un côté, Suarez semble un peu refroidi, au propre comme au figuré, à l'idée de se produire dans un championnat russe guère médiatisé. Quant à Kanu, il a toujours joui d'une bonne cote auprès de l'entraîneur John van den Brom, qui a encore loué sa prestation à Beveren, dimanche passé. Et qui espère pouvoir conserver le joueur, tout comme il aimerait bénéficier des services de l'autre, dont on lui a toujours dit le plus grand bien. Le Néerlandais saura-t-il se montrer persuasif ou ses patrons succomberont-ils à l'argent ? Réponse cette semaine encore...