Dis, pour le Standard, le titre, c'est Yes we can?
Ecoute Steph, actuellement, on n'en parle pas et d'ailleurs, on ne veut pas en parler. Ça peut nous porter malchance... Au début du championnat jusqu'à la qualification pour les PO1, on était vraiment mal embarqué. Mais c'est vrai que pour l'instant, on a enchaîné une série de résultats. On est capable de tout gagner, comme on est capables de tout perdre. Il faut vraiment rester calme.

Mais c'est aussi le retour du vrai Poco!
C'est sûr que je reviens super bien, mais je ne suis pas encore au top. A l'image de toute l'équipe, je me suis remis en question. C'est également grâce au collectif que j'ai pu revenir. On était au pied du mur, lors des matches qualificatifs pour les play-offs 1... Si on avait dû participer aux PO2, personne ne nous aurait regardés. Au bon moment, on a su se mettre autour de la table et rajuster le tir. Notre groupe est exceptionnel. Tout peut arriver!

Et entre Dominique D'Onofrio et toi, ça va mieux?
On a écrit beaucoup de choses fausses sur notre relation. On s'est toujours bien entendus. La preuve: même quand j'étais moins bien, il aurait pu m'écarter, mais au final, je n'ai raté que trois matches. Et je dois aussi dire un truc qu'on ne dit jamais ailleurs. Dominique est un véritable passionné. Il arrive toujours le premier au club et part le dernier. Le Standard, c'est sa vie, tout comme Liège. On doit tout faire pour lui donner ce titre. Il a été trop critiqué, alors que c'est un vrai malade de travail.

Est-ce que Genk mérite d'être champion?
Mais tu rigoles, Steph: ce n'est pas encore fini! Pour ces PO1, on est pour l'instant l'équipe la plus forte. C'est sûr que sur tout le championnat, Genk a été le plus régulier. Nous sommes déjà deuxièmes et on verra la suite. Il ne faut pas non plus oublier que Genk doit se déplacer deux fois.

C'était la fête des mères dimanche. Qu'est-ce que t'as fait?
J'ai invité ma maman, Franca, à la maison. Dans la carrière d'un jeune footballeur, une maman, c'est très important. A la maison, mon père s'est toujours occupé de tout ce qui avait trait au foot. Maman était plus là pour me réconforter et me suivre au niveau scolaire. J'accorde beaucoup d'importance aux fêtes familiales. C'est sans doute dû à mes racines italiennes.

Et c'est bientôt la fête des pères! Tu dois bientôt t'y mettre, non?
Ecoute, je vais te faire une grande annonce: je me marie l'année prochaine avec Sandrine. J'ai 23 ans et je deviens vieux, hein!

Dis, pour le Standard, le titre, c'est Yes we can? Ecoute Steph, actuellement, on n'en parle pas et d'ailleurs, on ne veut pas en parler. Ça peut nous porter malchance... Au début du championnat jusqu'à la qualification pour les PO1, on était vraiment mal embarqué. Mais c'est vrai que pour l'instant, on a enchaîné une série de résultats. On est capable de tout gagner, comme on est capables de tout perdre. Il faut vraiment rester calme. Mais c'est aussi le retour du vrai Poco! C'est sûr que je reviens super bien, mais je ne suis pas encore au top. A l'image de toute l'équipe, je me suis remis en question. C'est également grâce au collectif que j'ai pu revenir. On était au pied du mur, lors des matches qualificatifs pour les play-offs 1... Si on avait dû participer aux PO2, personne ne nous aurait regardés. Au bon moment, on a su se mettre autour de la table et rajuster le tir. Notre groupe est exceptionnel. Tout peut arriver!Et entre Dominique D'Onofrio et toi, ça va mieux? On a écrit beaucoup de choses fausses sur notre relation. On s'est toujours bien entendus. La preuve: même quand j'étais moins bien, il aurait pu m'écarter, mais au final, je n'ai raté que trois matches. Et je dois aussi dire un truc qu'on ne dit jamais ailleurs. Dominique est un véritable passionné. Il arrive toujours le premier au club et part le dernier. Le Standard, c'est sa vie, tout comme Liège. On doit tout faire pour lui donner ce titre. Il a été trop critiqué, alors que c'est un vrai malade de travail. Est-ce que Genk mérite d'être champion? Mais tu rigoles, Steph: ce n'est pas encore fini! Pour ces PO1, on est pour l'instant l'équipe la plus forte. C'est sûr que sur tout le championnat, Genk a été le plus régulier. Nous sommes déjà deuxièmes et on verra la suite. Il ne faut pas non plus oublier que Genk doit se déplacer deux fois. C'était la fête des mères dimanche. Qu'est-ce que t'as fait? J'ai invité ma maman, Franca, à la maison. Dans la carrière d'un jeune footballeur, une maman, c'est très important. A la maison, mon père s'est toujours occupé de tout ce qui avait trait au foot. Maman était plus là pour me réconforter et me suivre au niveau scolaire. J'accorde beaucoup d'importance aux fêtes familiales. C'est sans doute dû à mes racines italiennes. Et c'est bientôt la fête des pères! Tu dois bientôt t'y mettre, non? Ecoute, je vais te faire une grande annonce: je me marie l'année prochaine avec Sandrine. J'ai 23 ans et je deviens vieux, hein!