Une affaire incroyable a secoué le foot français récemment. Lors du match Brest-Auxerre, Kamel Chafni aurait été la victime de propos racistes tenus par l'arbitre-assistant, qui lui aurait dit : "Dégage, l'Arabe". L'attaquant de l'AJA s'est alors dirigé vers l'arbitre principal, Tony Chapron, pour lui rapporter l'incident et celui-ci lui a donné deux cartes jaunes. T'en penses quoi, Jean-Mimi ?
Jean-Michel Larqué : Honnêtement, je ne sais pas qui a tort ou a raison. Ce qui m'énerve surtout dans cette histoire, c'est l'arrogance du corps arbitral. S'il y a des propos racistes qui ont été tenus, c'est grave. Mais c'est surtout la manière dont Chapron a réagi qui m'interpelle. J'ai vraiment l'impression que nos arbitres se prennent pour des autres. Dès que tu leur adresses la parole, ils la prennent pour une insulte. C'est n'importe quoi. A l'instar de ce qui s'est passé avec les Bleus à la Coupe du Monde, cette nouvelle affaire ternit à nouveau l'image du foot français, qui n'était déjà pas terrible. Et on n'a clairement plus d'arbitre de haut niveau. Il faut qu'ils réapprennent à communiquer. Ils n'ont plus aucun sens de la discussion. Il est grand temps que Noël Le Graët, le président de la fédération, fasse bouger les choses.

Que penses-tu de l'arrivée de David Beckham au PSG ?
Personne ne peut nier qu'il a un super pied droit. Mais je m'interroge surtout sur la gestion au sein du club. Foutre Antoine Kombouaré dehors, alors que son équipe est en tête du championnat, c'est n'importe quoi. C'est le règne du foot pognon. Je pense tout simplement que Kombouaré était contre l'arrivée de l'Anglais, car il voulait protéger son noyau et ne pas le déstabiliser. Maintenant, Carlo Ancelotti va reprendre le poste. J'ai quand même l'impression que Leonardo critique un peu trop son environnement. Il avait déjà critiqué le stade avant de virer Kombouaré. Il faudra voir comment sa situation va évoluer.

Paris va être champion ?
Je n'en suis pas du tout sûr. Sur papier, c'est vrai qu'ils sont très bons. Mais je dois avouer que je suis charmé par Lyon. Personne n'en parle. Cette équipe allait droit dans le mur et dorénavant ça va mieux, principalement grâce au coach Rémi Garde. Et elle a aussi le meilleur joueur du championnat : Lisandro. Quand il est présent, Lyon joue beaucoup mieux.

Et ce n'est pas Eden Hazard, le meilleur joueur ?
Ecoute, c'est sûr et certain que c'est un top joueur. Mais comme Lisandro, il est tributaire de ce que fait son équipe. Il joue bien si son équipe joue bien. Il n'y a qu'un mec qui est capable de faire la différence sur une rencontre, c'est Messi. Il porte le Barça à lui tout seul.

Pour terminer avec le foot français, qu'as-tu pensé de la victoire miraculeuse 1-7 des Lyonnais au Dinamo Zagreb ?
C'est surprenant, surtout lorsqu'on analyse l'attitude des joueurs qui ne manifestaient pas nécessairement leur euphorie. Pour prétendre qu'un match a été truqué, il faut des preuves et c'est toujours le même problème. Mais ce n'est de nouveau quelque chose de pas terrible pour le foot français. Laurent Blanc tente tant bien que mal de nous sortir du marasme dans lequel nous ont mis la catastrophique Affaire Domenech et le Mondial en Afrique du Sud. Avec ces histoires, on a perdu des années. Il faut maintenant tout reconstruire.

Stéphane Pauwels, pour Sport/Foot Magazine

Une affaire incroyable a secoué le foot français récemment. Lors du match Brest-Auxerre, Kamel Chafni aurait été la victime de propos racistes tenus par l'arbitre-assistant, qui lui aurait dit : "Dégage, l'Arabe". L'attaquant de l'AJA s'est alors dirigé vers l'arbitre principal, Tony Chapron, pour lui rapporter l'incident et celui-ci lui a donné deux cartes jaunes. T'en penses quoi, Jean-Mimi ? Jean-Michel Larqué : Honnêtement, je ne sais pas qui a tort ou a raison. Ce qui m'énerve surtout dans cette histoire, c'est l'arrogance du corps arbitral. S'il y a des propos racistes qui ont été tenus, c'est grave. Mais c'est surtout la manière dont Chapron a réagi qui m'interpelle. J'ai vraiment l'impression que nos arbitres se prennent pour des autres. Dès que tu leur adresses la parole, ils la prennent pour une insulte. C'est n'importe quoi. A l'instar de ce qui s'est passé avec les Bleus à la Coupe du Monde, cette nouvelle affaire ternit à nouveau l'image du foot français, qui n'était déjà pas terrible. Et on n'a clairement plus d'arbitre de haut niveau. Il faut qu'ils réapprennent à communiquer. Ils n'ont plus aucun sens de la discussion. Il est grand temps que Noël Le Graët, le président de la fédération, fasse bouger les choses. Que penses-tu de l'arrivée de David Beckham au PSG ? Personne ne peut nier qu'il a un super pied droit. Mais je m'interroge surtout sur la gestion au sein du club. Foutre Antoine Kombouaré dehors, alors que son équipe est en tête du championnat, c'est n'importe quoi. C'est le règne du foot pognon. Je pense tout simplement que Kombouaré était contre l'arrivée de l'Anglais, car il voulait protéger son noyau et ne pas le déstabiliser. Maintenant, Carlo Ancelotti va reprendre le poste. J'ai quand même l'impression que Leonardo critique un peu trop son environnement. Il avait déjà critiqué le stade avant de virer Kombouaré. Il faudra voir comment sa situation va évoluer. Paris va être champion ? Je n'en suis pas du tout sûr. Sur papier, c'est vrai qu'ils sont très bons. Mais je dois avouer que je suis charmé par Lyon. Personne n'en parle. Cette équipe allait droit dans le mur et dorénavant ça va mieux, principalement grâce au coach Rémi Garde. Et elle a aussi le meilleur joueur du championnat : Lisandro. Quand il est présent, Lyon joue beaucoup mieux. Et ce n'est pas Eden Hazard, le meilleur joueur ? Ecoute, c'est sûr et certain que c'est un top joueur. Mais comme Lisandro, il est tributaire de ce que fait son équipe. Il joue bien si son équipe joue bien. Il n'y a qu'un mec qui est capable de faire la différence sur une rencontre, c'est Messi. Il porte le Barça à lui tout seul. Pour terminer avec le foot français, qu'as-tu pensé de la victoire miraculeuse 1-7 des Lyonnais au Dinamo Zagreb ? C'est surprenant, surtout lorsqu'on analyse l'attitude des joueurs qui ne manifestaient pas nécessairement leur euphorie. Pour prétendre qu'un match a été truqué, il faut des preuves et c'est toujours le même problème. Mais ce n'est de nouveau quelque chose de pas terrible pour le foot français. Laurent Blanc tente tant bien que mal de nous sortir du marasme dans lequel nous ont mis la catastrophique Affaire Domenech et le Mondial en Afrique du Sud. Avec ces histoires, on a perdu des années. Il faut maintenant tout reconstruire. Stéphane Pauwels, pour Sport/Foot Magazine