Le transfert de Stéphane Pauwels de la RTBF à RTL-TVI a déclenché la guerre entre les deux antennes. La DH de ce vendredi consacre... trois pages à cette affaire. On y parle de trahison, de fierté, de choix de carrière, d'émission de merde, etc. Autrement dit, cela ne vole pas haut.

Une chose semble évidente si on lit entre les lignes : le sniper ne sera pas accueilli avec allégresse par les journalistes de RTL-TVI qui n'ont certainement pas oublié les critiques de Pauwels à leur égard. Toujours est-il que Pauwels prend plus de place que Vargas dans les médias.

A y regarder de plus près, on perçoit un autre phénomène : la presse quotidienne redécouvre la D2. Hier, de nombreux journalistes ont assisté à la présentation du nouveau coach de Charleroi (Jos Daerden) et à la conférence de presse de Visé. Qui s'en plaindra à l'heure où la D1 se résume de plus en plus à un vaste talk-show ?

Pierre Bilic

Le transfert de Stéphane Pauwels de la RTBF à RTL-TVI a déclenché la guerre entre les deux antennes. La DH de ce vendredi consacre... trois pages à cette affaire. On y parle de trahison, de fierté, de choix de carrière, d'émission de merde, etc. Autrement dit, cela ne vole pas haut. Une chose semble évidente si on lit entre les lignes : le sniper ne sera pas accueilli avec allégresse par les journalistes de RTL-TVI qui n'ont certainement pas oublié les critiques de Pauwels à leur égard. Toujours est-il que Pauwels prend plus de place que Vargas dans les médias. A y regarder de plus près, on perçoit un autre phénomène : la presse quotidienne redécouvre la D2. Hier, de nombreux journalistes ont assisté à la présentation du nouveau coach de Charleroi (Jos Daerden) et à la conférence de presse de Visé. Qui s'en plaindra à l'heure où la D1 se résume de plus en plus à un vaste talk-show ? Pierre Bilic