Il fallait oser mettre Laurent Ciman sur le banc et lancer Dino Arslanagic contre le leader des PO1, Zulte Waregem : le coach du Standard Mircea Rednic l'a fait. Cette équipe composée d'un grand nombre de gamins a montré un visage complètement différent par rapport au non-match à Lokeren.

Le Standard a joué avec ses armes : une vitesse phénoménale et la résignation d'un jeu en contre-attaque quand c'est nécessaire. Yoni Buyens et William Vainqueur ont étouffé l'entrejeu de Zulte Waregem, cela a été la clé du match.

Sclessin peut espérer des bonnes choses dans les années à venir si on parvient à conserver les jeunes qui sont en pleine éclosion : Arslanagic, Paul José Mpoku, Imoh Ezekiel, Michy Batshuayi, Ibrahima Cissé et Zié Diabaté qui se révèlent dans ces play-offs.

Mpoku fait ce qu'Aloys Nong avait réussi dans les PO d'il y a deux ans, il marque la plupart des buts du Standard. Avec tout mon respect pour Nong, Mpoku a plus d'avenir.

Il fallait oser mettre Laurent Ciman sur le banc et lancer Dino Arslanagic contre le leader des PO1, Zulte Waregem : le coach du Standard Mircea Rednic l'a fait. Cette équipe composée d'un grand nombre de gamins a montré un visage complètement différent par rapport au non-match à Lokeren. Le Standard a joué avec ses armes : une vitesse phénoménale et la résignation d'un jeu en contre-attaque quand c'est nécessaire. Yoni Buyens et William Vainqueur ont étouffé l'entrejeu de Zulte Waregem, cela a été la clé du match. Sclessin peut espérer des bonnes choses dans les années à venir si on parvient à conserver les jeunes qui sont en pleine éclosion : Arslanagic, Paul José Mpoku, Imoh Ezekiel, Michy Batshuayi, Ibrahima Cissé et Zié Diabaté qui se révèlent dans ces play-offs. Mpoku fait ce qu'Aloys Nong avait réussi dans les PO d'il y a deux ans, il marque la plupart des buts du Standard. Avec tout mon respect pour Nong, Mpoku a plus d'avenir.