La période des transferts se termine et, parmi les faits qui soulèvent des questions, il y a le prêt de Koen Daerden (Standard) à Saint-Trond. Les Canaris filent du mauvais et on imagine que cela inquièterait Roland Duchâtelet, président du Standard et "ancien proprio" de Saint-Trond.

Même s'il prétend avoir déposé son tablier trudonnaire, Duchâtelet est forcément intéressé par ce qui se passe dans ce club car il a investi des fonds importants dans la modernisation du stade, la construction d'un hôtel, etc. On imagine facilement qu'une descente en D2 serait gênante pour la rentabilité de son investissement. D'où le prêt de Daerden ?

Gérer le Standard tout en sauvant les Canaris ? Sur cette lancée, il se dit que Duchâtelet qui possède une des plus grosses fortunes de Belgique serait derrière la mise à l'écart de Guido Brepoels (coach des Canaris) via le président Benoît Morenne (homme de paille ?) qu'il a mis en en place en tant que président de Saint-Trond avant d'acheter le Standard (on ne peut pas posséder deux clubs) ; tout cela mérite plus de clarté.

Pierre Bilic, Sport/Foot Magazine

La période des transferts se termine et, parmi les faits qui soulèvent des questions, il y a le prêt de Koen Daerden (Standard) à Saint-Trond. Les Canaris filent du mauvais et on imagine que cela inquièterait Roland Duchâtelet, président du Standard et "ancien proprio" de Saint-Trond. Même s'il prétend avoir déposé son tablier trudonnaire, Duchâtelet est forcément intéressé par ce qui se passe dans ce club car il a investi des fonds importants dans la modernisation du stade, la construction d'un hôtel, etc. On imagine facilement qu'une descente en D2 serait gênante pour la rentabilité de son investissement. D'où le prêt de Daerden ? Gérer le Standard tout en sauvant les Canaris ? Sur cette lancée, il se dit que Duchâtelet qui possède une des plus grosses fortunes de Belgique serait derrière la mise à l'écart de Guido Brepoels (coach des Canaris) via le président Benoît Morenne (homme de paille ?) qu'il a mis en en place en tant que président de Saint-Trond avant d'acheter le Standard (on ne peut pas posséder deux clubs) ; tout cela mérite plus de clarté. Pierre Bilic, Sport/Foot Magazine