Le football du Standard ne fait sûrement pas rêver. Mais Mircea Rednic utilise le seul style possible, en fonction de son noyau. Il a compris une chose et on ne peut rien lui reprocher sur ce coup-là : s'il veut entretenir l'espoir d'une qualification européenne, le Standard doit s'adapter à son adversaire, l'attendre en espérant frapper, sans doute sur l'une ou l'autre phase arrêtée.

Si l'équipe choisit un jeu offensif, elle se fera avoir parce qu'elle n'a pas les hommes pour pratiquer de cette façon. Le Standard vient de prendre quatre points sur six dans deux gros matches en étant prudent. A Bruges, une des consignes principales était de museler Ryan Donk. Contre Anderlecht, les Liégeois ont d'abord empêché Lucas Biglia d'organiser le jeu d'Anderlecht comme il a l'habitude de le faire.

La manière n'y est pas mais le bilan chiffré est bon. Je prévois un Standard semblable à celui-là jusqu'à la fin des play-offs.

Propos recueillis par Pierre Danvoye

Le football du Standard ne fait sûrement pas rêver. Mais Mircea Rednic utilise le seul style possible, en fonction de son noyau. Il a compris une chose et on ne peut rien lui reprocher sur ce coup-là : s'il veut entretenir l'espoir d'une qualification européenne, le Standard doit s'adapter à son adversaire, l'attendre en espérant frapper, sans doute sur l'une ou l'autre phase arrêtée.Si l'équipe choisit un jeu offensif, elle se fera avoir parce qu'elle n'a pas les hommes pour pratiquer de cette façon. Le Standard vient de prendre quatre points sur six dans deux gros matches en étant prudent. A Bruges, une des consignes principales était de museler Ryan Donk. Contre Anderlecht, les Liégeois ont d'abord empêché Lucas Biglia d'organiser le jeu d'Anderlecht comme il a l'habitude de le faire.La manière n'y est pas mais le bilan chiffré est bon. Je prévois un Standard semblable à celui-là jusqu'à la fin des play-offs.Propos recueillis par Pierre Danvoye