Sep Vanmarcke, 25 ans, était arrivé en 2013 chez Blanco, devenue Belkin juste avant le Tour de France 2013. Vainqueur du Circuit Het Nieuwsblad en 2012, il avait terminé 2e de Paris-Roubaix et remporté le GP Impanis-Van Petegem l'année passée. Cette année, il s'est classé 3e de Kuurne-Bruxelles-Kuurne. "Sep est un garçon très fort, avec un très gros potentiel, surtout quand viennent les classiques flamandes. Il est logique que nous ayons voulu prolonger son contrat, nous voulons qu'il fasse partie de l'ossature de l'équipe aussi longtemps que possible", déclare Richard Plugge, manager de Belkin. "Belkin était la meilleure option pour mon avenir", dit Sep Vanmarcke. "Je me sens comme à la maison ici. Il y a une très grande confiance mutuelle et l'équipe fait tout ce qui est en son pouvoir pour m'assister dans les classiques, ce qui est très important pour moi". (Belga)

Sep Vanmarcke, 25 ans, était arrivé en 2013 chez Blanco, devenue Belkin juste avant le Tour de France 2013. Vainqueur du Circuit Het Nieuwsblad en 2012, il avait terminé 2e de Paris-Roubaix et remporté le GP Impanis-Van Petegem l'année passée. Cette année, il s'est classé 3e de Kuurne-Bruxelles-Kuurne. "Sep est un garçon très fort, avec un très gros potentiel, surtout quand viennent les classiques flamandes. Il est logique que nous ayons voulu prolonger son contrat, nous voulons qu'il fasse partie de l'ossature de l'équipe aussi longtemps que possible", déclare Richard Plugge, manager de Belkin. "Belkin était la meilleure option pour mon avenir", dit Sep Vanmarcke. "Je me sens comme à la maison ici. Il y a une très grande confiance mutuelle et l'équipe fait tout ce qui est en son pouvoir pour m'assister dans les classiques, ce qui est très important pour moi". (Belga)