Dans un communiqué transmis jeudi, la fédération belge a maintenu Pieter Devos (Dream of India), Jos Lansink (Ensor), Olivier Philippaerts (Cabrio), Gregory Wathelet (Conrad) et Jos Verlooy (Domino) dans sa sélection pour le plus grand événement équestre après les JO qui se déroulera à Caen à partir de samedi. "La fédération estime effectivement ne pas pouvoir appliquer la sentence (du CBAS) en question qui aboutirait à écarter sans raison une des autres combinaisons sélectionnées. Il y va de l'intérêt du sport équestre et du respect des conventions prises avec les cavaliers concernés." Plus tôt dans la journée, en effet, le CBAS saisi par Constant Van Paesschen, s'estimant victime d'une injustice pour ne pas avoir été sélectionné, avait donné raison au cavalier belge (sur Citizenguard Toscane de St-Hermelle) en décidant qu'il devait être intégré dans la sélection nationale. "Nous nous sommes battus parce que la non sélection de Constant était une profonde injustice. Loin de nous l'idée de vouloir forcer les portes, mais nous ne pouvions pas accepter son éviction", avait expliqué Alain Van Campenhoudt, le propriétaire du cheval et sponsor de Constant Van Paesschen rajoutant que "les excellents résultats de Constant et son cheval, et leur extraordinaire progression dans les classements de la Fédération internationale n'ont pas été suffisamment pris en compte par la Fédération belge qui a refusé de communiquer les motifs de sa décision de non-sélection." La Fédération belge a expliqué qu'elle avait décidé "d'entreprendre toutes les démarches en vue de l'annulation de la sentence arbitrale du CBAS." (Belga)

Dans un communiqué transmis jeudi, la fédération belge a maintenu Pieter Devos (Dream of India), Jos Lansink (Ensor), Olivier Philippaerts (Cabrio), Gregory Wathelet (Conrad) et Jos Verlooy (Domino) dans sa sélection pour le plus grand événement équestre après les JO qui se déroulera à Caen à partir de samedi. "La fédération estime effectivement ne pas pouvoir appliquer la sentence (du CBAS) en question qui aboutirait à écarter sans raison une des autres combinaisons sélectionnées. Il y va de l'intérêt du sport équestre et du respect des conventions prises avec les cavaliers concernés." Plus tôt dans la journée, en effet, le CBAS saisi par Constant Van Paesschen, s'estimant victime d'une injustice pour ne pas avoir été sélectionné, avait donné raison au cavalier belge (sur Citizenguard Toscane de St-Hermelle) en décidant qu'il devait être intégré dans la sélection nationale. "Nous nous sommes battus parce que la non sélection de Constant était une profonde injustice. Loin de nous l'idée de vouloir forcer les portes, mais nous ne pouvions pas accepter son éviction", avait expliqué Alain Van Campenhoudt, le propriétaire du cheval et sponsor de Constant Van Paesschen rajoutant que "les excellents résultats de Constant et son cheval, et leur extraordinaire progression dans les classements de la Fédération internationale n'ont pas été suffisamment pris en compte par la Fédération belge qui a refusé de communiquer les motifs de sa décision de non-sélection." La Fédération belge a expliqué qu'elle avait décidé "d'entreprendre toutes les démarches en vue de l'annulation de la sentence arbitrale du CBAS." (Belga)