En analysant les résultats de la grande enquête sur les supporters menée par Sport/Foot Magazine et le Centre d'études de la vie politique (CEVIPOL) de l'Université Libre de Bruxelles, la première chose qui frappe, c'est la domination des trois grands clubs belges. Près des deux tiers des personnes interrogées supportent l'un de ces clubs (60,1 %) avec en tête les Mauves (21,3 %) et les Blauw en Zwart (21,1 %) suivis de près par les Rouches (17,7 %). Le Racing Genk, quatrième club le plus populaire du pays actuellement, est loin derrière (5,2 %).

Représentant chacune une région du pays, ces équipes comptent un plus grand nombre de fans dans l'une ou l'autre communauté. Le Club Bruges est plus populaire chez les supporters néerlandophones (29,4 %) que chez leurs homologues francophones (3,4 % d'entre eux seulement supportent le Club). A l'inverse, le Standard compte largement plus de supporters chez les francophones que chez les néerlandophones (46,2 % contre 4,3 %) alors qu'à Anderlecht, club de la région Bruxelles-Capitale, les disparités sont moins grandes entre communautés linguistiques (27,3 % de francophones et 18,5 % de néerlandophones).

Logiquement, il s'agit aussi des clubs les plus détestés : surtout Anderlecht (31,2 %), suivi du Standard (15,9 %) et du Club Bruges (10,9 %). Genk n'a pas encore atteint cette (im)popularité. Certes, ce club a remporté trois titres au cours des 15 dernières années, mais il lui manque deux choses : un parcours exceptionnel sur la scène européenne et une longue histoire. Né en 1988 de la fusion de deux clubs, il ne s'inscrit pas dans un temps assez long. Cela prive le Racing Genk de cette mémoire collective que doit s'approprier plusieurs générations de supporters pour créer une véritable tradition autour du nom du club. Or, la notion de tradition est un élément décisif dans l'engagement des supporters à soutenir une équipe.

Pour cette enquête, 5.339 supporters ont été interrogés : 1713 francophones, 3646 néerlandophones.

Retrouvez l'intégralité des résultats de l'enquête S/F Mag - ULB dans votre Sport/Foot Magazine de cette semaine.

Xavier Breuil, Thomas Bricmont et Jean-Michel De Waele

En analysant les résultats de la grande enquête sur les supporters menée par Sport/Foot Magazine et le Centre d'études de la vie politique (CEVIPOL) de l'Université Libre de Bruxelles, la première chose qui frappe, c'est la domination des trois grands clubs belges. Près des deux tiers des personnes interrogées supportent l'un de ces clubs (60,1 %) avec en tête les Mauves (21,3 %) et les Blauw en Zwart (21,1 %) suivis de près par les Rouches (17,7 %). Le Racing Genk, quatrième club le plus populaire du pays actuellement, est loin derrière (5,2 %). Représentant chacune une région du pays, ces équipes comptent un plus grand nombre de fans dans l'une ou l'autre communauté. Le Club Bruges est plus populaire chez les supporters néerlandophones (29,4 %) que chez leurs homologues francophones (3,4 % d'entre eux seulement supportent le Club). A l'inverse, le Standard compte largement plus de supporters chez les francophones que chez les néerlandophones (46,2 % contre 4,3 %) alors qu'à Anderlecht, club de la région Bruxelles-Capitale, les disparités sont moins grandes entre communautés linguistiques (27,3 % de francophones et 18,5 % de néerlandophones). Logiquement, il s'agit aussi des clubs les plus détestés : surtout Anderlecht (31,2 %), suivi du Standard (15,9 %) et du Club Bruges (10,9 %). Genk n'a pas encore atteint cette (im)popularité. Certes, ce club a remporté trois titres au cours des 15 dernières années, mais il lui manque deux choses : un parcours exceptionnel sur la scène européenne et une longue histoire. Né en 1988 de la fusion de deux clubs, il ne s'inscrit pas dans un temps assez long. Cela prive le Racing Genk de cette mémoire collective que doit s'approprier plusieurs générations de supporters pour créer une véritable tradition autour du nom du club. Or, la notion de tradition est un élément décisif dans l'engagement des supporters à soutenir une équipe. Pour cette enquête, 5.339 supporters ont été interrogés : 1713 francophones, 3646 néerlandophones. Retrouvez l'intégralité des résultats de l'enquête S/F Mag - ULB dans votre Sport/Foot Magazine de cette semaine. Xavier Breuil, Thomas Bricmont et Jean-Michel De Waele