"Après la défaite à OHL, la pression des supporters et des médias était devenue trop grande. Le licenciement était inévitable. Avant toute chose, je veux remercier John pour ses prestations. Il nous a apporté un titre, deux Supercoupes et deux qualifications pour la Ligue des champions, et dans des circonstances parfois difficiles", selon Vanden Stock. Le président des Mauve et Blanc a ensuite introduit le successeur du coach néerlandais. Sans surprise, c'est son assistant, Besnik Hasi, qui reprend les rênes de l'équipe bruxelloise jusqu'à la fin de la saison. L'Albanais d'origine kosovare, connaît très bien Anderlecht puisqu'il y a joué durant six ans et officie aussi depuis six ans en tant que T2. "Besnik a toute les capacités pour reprendre l'équipe. Il est l'homme juste à la juste place. Il connaît la maison et j'espère qu'il pourra y travailler en toute sérénité. Après les onze rencontres qu'il reste à disputer nous pourrons alors discuter de notre avenir. J'attends également une réaction de la part des joueurs: ils sont en effet les principaux responsables, parce qu'ils n'ont pas fait ce que l'on attendait d'eux." (Belga)

"Après la défaite à OHL, la pression des supporters et des médias était devenue trop grande. Le licenciement était inévitable. Avant toute chose, je veux remercier John pour ses prestations. Il nous a apporté un titre, deux Supercoupes et deux qualifications pour la Ligue des champions, et dans des circonstances parfois difficiles", selon Vanden Stock. Le président des Mauve et Blanc a ensuite introduit le successeur du coach néerlandais. Sans surprise, c'est son assistant, Besnik Hasi, qui reprend les rênes de l'équipe bruxelloise jusqu'à la fin de la saison. L'Albanais d'origine kosovare, connaît très bien Anderlecht puisqu'il y a joué durant six ans et officie aussi depuis six ans en tant que T2. "Besnik a toute les capacités pour reprendre l'équipe. Il est l'homme juste à la juste place. Il connaît la maison et j'espère qu'il pourra y travailler en toute sérénité. Après les onze rencontres qu'il reste à disputer nous pourrons alors discuter de notre avenir. J'attends également une réaction de la part des joueurs: ils sont en effet les principaux responsables, parce qu'ils n'ont pas fait ce que l'on attendait d'eux." (Belga)