Ricco, 30 ans, a en effet été interpellé dans les environs de Livourne après avoir été vu en train de s'approvisionner en substances dopantes avec un autre coureur professionnel de la région dont l'identité n'a pas été révélée, sur le parking d'un McDonalds. Il était en possession d'un sac rempli de trente doses de produits interdits, semble-t-il de l'EPO et de la testostérone, livrés par deux hommes dont l'un travaille à l'hôpital de Livourne. Une perquisition effectuée aux domiciles des deux trafiquants a permis la saisie de cent autres doses d'une valeur totale de 15.000 euros, et de fortes sommes d'argent. Riccardo Ricco avait été exclu du Tour de France 2008 pour dopage avec le maillot à pois de meilleur grimpeur sur les épaules. Il a selon son habitude nié les faits. "J'étais juste au mauvais endroit au mauvais moment", a-t-il en effet déclaré. "Ces médicaments n'étaient pas pour moi..." En février 2011, Ricco avait dû être emmené d'urgence à l'hôpital suite à une autotransfusion sanguine mal effectuée qui avait provoqué de graves troubles rénaux. Le Comité Olympique italien l'avait alors suspendu pour 12 ans en avril 2012, une sanction que le TAS confirma en mars 2013. Il manifestait pourtant l'intention de s'attaquer au record de l'ascension du Mont Ventoux. (Belga)

Ricco, 30 ans, a en effet été interpellé dans les environs de Livourne après avoir été vu en train de s'approvisionner en substances dopantes avec un autre coureur professionnel de la région dont l'identité n'a pas été révélée, sur le parking d'un McDonalds. Il était en possession d'un sac rempli de trente doses de produits interdits, semble-t-il de l'EPO et de la testostérone, livrés par deux hommes dont l'un travaille à l'hôpital de Livourne. Une perquisition effectuée aux domiciles des deux trafiquants a permis la saisie de cent autres doses d'une valeur totale de 15.000 euros, et de fortes sommes d'argent. Riccardo Ricco avait été exclu du Tour de France 2008 pour dopage avec le maillot à pois de meilleur grimpeur sur les épaules. Il a selon son habitude nié les faits. "J'étais juste au mauvais endroit au mauvais moment", a-t-il en effet déclaré. "Ces médicaments n'étaient pas pour moi..." En février 2011, Ricco avait dû être emmené d'urgence à l'hôpital suite à une autotransfusion sanguine mal effectuée qui avait provoqué de graves troubles rénaux. Le Comité Olympique italien l'avait alors suspendu pour 12 ans en avril 2012, une sanction que le TAS confirma en mars 2013. Il manifestait pourtant l'intention de s'attaquer au record de l'ascension du Mont Ventoux. (Belga)