Officiellement viré par son équipe Vacansoleil ce week-end, le cycliste italien Riccardo Ricco s'est exprimé via sa page Facebook. Le culot de Ricco n'a pas de limite.

"Lire les journaux, c'est comme lire un magazine people. Chers journalistes, vous me faites rire ! Ah ah ah" pouvait-on lire sur le profil Facebook de Riccardo Ricco. Le Cobra, comme il était surnommé, ajoute ensuite plus menaçant : "la vengeance est un plat qui se mange froid".

Pour rappel, Riccardo Ricco, déjà suspendu 20 mois pour dopage suite à un contrôle positif au Tour de France 2008, a été victime d'un grave malaise début février. Hospitalisé, le coureur avait avoué s'être fait une autotransfusion, ce qui avait causé ses ennuis de santé.

Désormais hors de danger, l'Italien s'était attiré les foudres du peloton et des journalistes suite à sa récidive. Sportivement, il risque la radiation à vie et sur le plan civil de trois mois à trois ans de prison.

Sportfootmagazine.be

Officiellement viré par son équipe Vacansoleil ce week-end, le cycliste italien Riccardo Ricco s'est exprimé via sa page Facebook. Le culot de Ricco n'a pas de limite. "Lire les journaux, c'est comme lire un magazine people. Chers journalistes, vous me faites rire ! Ah ah ah" pouvait-on lire sur le profil Facebook de Riccardo Ricco. Le Cobra, comme il était surnommé, ajoute ensuite plus menaçant : "la vengeance est un plat qui se mange froid". Pour rappel, Riccardo Ricco, déjà suspendu 20 mois pour dopage suite à un contrôle positif au Tour de France 2008, a été victime d'un grave malaise début février. Hospitalisé, le coureur avait avoué s'être fait une autotransfusion, ce qui avait causé ses ennuis de santé. Désormais hors de danger, l'Italien s'était attiré les foudres du peloton et des journalistes suite à sa récidive. Sportivement, il risque la radiation à vie et sur le plan civil de trois mois à trois ans de prison. Sportfootmagazine.be