Le grand test de Remco

Étape-reine de Tirreno - Adriatico, samedi 12 mars

Le choix de Jonas Creteur

Remco Evenepoel a déjà prouvé pas mal de choses. Qu'il fait partie des meilleurs rouleurs du monde, par exemple, juste dans le sillage de Filippo Ganna. Ou qu'il est capable de faire jeu égal avec la crème du peloton dans les côtes de longueur moyenne et aux pourcentages raisonnables. Le dernier doute concerne les pentes les plus abruptes, et il y en aura justement au menu de ce samedi, dans l'étape-reine de la Course des deux mers. Dans la finale, il faudra gravir à deux reprises le Monte Carpegna, ses six kilomètres à près de dix pourcents de moyenne avec des passages jusqu'à 15%.

Pour couronner le tout, il y aura une descente technique à dévaler dans la foulée, notamment pour rejoindre la ligne d'arrivée après le second passage au sommet. Un véritable test pour le Belge, vu ses mauvaises expériences passées dans le registre.

Battre Tadej Pogacar n'est pas un objectif raisonnable. Ni pour Remco, ni pour le reste du peloton, et certainement pas sur ce terrain. Par contre, une ligne d'arrivée franchie en compagnie des autres ténors présents en Italie, il pourra considérer son double test du jour comme une réussite, et espérer finir Tirreno sur le podium. Pour autant que la difficile fin d'étape de ce vendredi n'ait pas déjà réduit ses chances...

Des Buffalos dans le rétro

Anderlecht - Antwerp, dimanche 13 mars à 13h30

Le choix de Steve Van Herpe

"Il n'y a personne ici qui n'est plus derrière le coach", raconte ce vendredi Birger Verstraete dans les colonnes de Het Laatste Nieuws. Tous les joueurs de l'Antwerp soutiennent donc Brian Priske. Pour les occupants des bureaux les plus prestigieux du Bosuil, par contre, c'est une autre histoire. Le match de ce dimanche au Lotto Park s'annonce donc crucial. En cas de défaite du Great Old, Gand pourrait revenir à une seule longueur des Anversois à 270 minutes du coup de sifflet final de la phase classique et mettre le top 4 en péril.

Si les remous font moins la Une des journaux, la pression est tout aussi intense à Anderlecht. Avec un déplacement à Gand lors de la journée suivante dans le viseur, les Mauves doivent assurer leurs arrières, et Vincent Kompany reconstruire les siennes : privé de Wesley Hoedt (suspendu), mais aussi de Zeno Debast et Hannes Delcroix (blessés), le coach du Sporting devra sans doute compter sur un duo formé par Lisandro Magallán et Killian Sardella pour empêcher le Taureau d'or Michael Frey de faire trembler les filets.

Oublier le Blues

Chelsea - Newcastle United, dimanche 13 mars à 15h00

Le choix de Gert Segers

Les sentiments sont mitigés pour les supporters de Chelsea. La bonne spirale sportive masque difficilement les craintes autour de l'avenir du club, hypothéqué par les sanctions prises à l'égard de son propriétaire Roman Abramovich. Les Blues ne peuvent plus vendre des joueurs, écouler des tickets hors des abonnements, ni même signer de nouveaux contrats. C'est tout juste s'ils ont encore le droit de jouer.

Ce dimanche, ce sera face à Newcastle. Là aussi, il y a eu du remous ces derniers mois. Finalement, les investissements du mois de janvier semblent avoir ramené un peu de calme à St James Park. Aucun club ne présente une série de matches sans défaite aussi impressionnante que celle des Magpies de l'autre côté de la Manche. De quoi s'éloigner de la zone de relégation, et préparer l'entrée dans une nouvelle ère. En poursuivant sur leur lancée dès ce week-end ? Si elle ne semble plus valoir grand-chose sur les marchés, la peau du Chelsea de Thomas Tuchel se vendra sans doute toujours aussi cher sur le pré.

Le derby du Limbourg

Genk - STVV, dimanche 13 mars à 16h00

Le choix de Guillaume Gautier

Et si les cartes étaient rebattues dans le Limbourg ? Loin d'être aussi souverain qu'espéré depuis la nomination de Bernd Storck, le Racing Genk reçoit son voisin dans un derby qui pourrait relancer une dernière fois la lutte pour les European Play-offs. À six longueurs de leur hôte, les Canaris sont l'une des équipes en forme des dernières semaines, notamment grâce à une défense très difficile à contourner et renforcée par l'arrivée du jeune espoir liégeois Ameen Al-Dakhil en janvier.

L'opposition de style sera marquée entre deux coaches allemands aux idées claires. Storck veut le ballon, avec son jeu de position soigné et minutieux, et Bernd Hollerbach le lui laissera volontiers, préférant mettre en place son bloc compact, son milieu armé pour chasser les rebonds et son Christian Brüls pour mettre son secteur offensif sur orbite. Les identités marquées donnent généralement de bons matches de football, et les derbies ajoutent du piment mental à un match déjà intéressant sur le plan tactique.

Étape-reine de Tirreno - Adriatico, samedi 12 marsLe choix de Jonas CreteurRemco Evenepoel a déjà prouvé pas mal de choses. Qu'il fait partie des meilleurs rouleurs du monde, par exemple, juste dans le sillage de Filippo Ganna. Ou qu'il est capable de faire jeu égal avec la crème du peloton dans les côtes de longueur moyenne et aux pourcentages raisonnables. Le dernier doute concerne les pentes les plus abruptes, et il y en aura justement au menu de ce samedi, dans l'étape-reine de la Course des deux mers. Dans la finale, il faudra gravir à deux reprises le Monte Carpegna, ses six kilomètres à près de dix pourcents de moyenne avec des passages jusqu'à 15%.Pour couronner le tout, il y aura une descente technique à dévaler dans la foulée, notamment pour rejoindre la ligne d'arrivée après le second passage au sommet. Un véritable test pour le Belge, vu ses mauvaises expériences passées dans le registre. Battre Tadej Pogacar n'est pas un objectif raisonnable. Ni pour Remco, ni pour le reste du peloton, et certainement pas sur ce terrain. Par contre, une ligne d'arrivée franchie en compagnie des autres ténors présents en Italie, il pourra considérer son double test du jour comme une réussite, et espérer finir Tirreno sur le podium. Pour autant que la difficile fin d'étape de ce vendredi n'ait pas déjà réduit ses chances...Anderlecht - Antwerp, dimanche 13 mars à 13h30Le choix de Steve Van Herpe"Il n'y a personne ici qui n'est plus derrière le coach", raconte ce vendredi Birger Verstraete dans les colonnes de Het Laatste Nieuws. Tous les joueurs de l'Antwerp soutiennent donc Brian Priske. Pour les occupants des bureaux les plus prestigieux du Bosuil, par contre, c'est une autre histoire. Le match de ce dimanche au Lotto Park s'annonce donc crucial. En cas de défaite du Great Old, Gand pourrait revenir à une seule longueur des Anversois à 270 minutes du coup de sifflet final de la phase classique et mettre le top 4 en péril.Si les remous font moins la Une des journaux, la pression est tout aussi intense à Anderlecht. Avec un déplacement à Gand lors de la journée suivante dans le viseur, les Mauves doivent assurer leurs arrières, et Vincent Kompany reconstruire les siennes : privé de Wesley Hoedt (suspendu), mais aussi de Zeno Debast et Hannes Delcroix (blessés), le coach du Sporting devra sans doute compter sur un duo formé par Lisandro Magallán et Killian Sardella pour empêcher le Taureau d'or Michael Frey de faire trembler les filets.Chelsea - Newcastle United, dimanche 13 mars à 15h00Le choix de Gert SegersLes sentiments sont mitigés pour les supporters de Chelsea. La bonne spirale sportive masque difficilement les craintes autour de l'avenir du club, hypothéqué par les sanctions prises à l'égard de son propriétaire Roman Abramovich. Les Blues ne peuvent plus vendre des joueurs, écouler des tickets hors des abonnements, ni même signer de nouveaux contrats. C'est tout juste s'ils ont encore le droit de jouer.Ce dimanche, ce sera face à Newcastle. Là aussi, il y a eu du remous ces derniers mois. Finalement, les investissements du mois de janvier semblent avoir ramené un peu de calme à St James Park. Aucun club ne présente une série de matches sans défaite aussi impressionnante que celle des Magpies de l'autre côté de la Manche. De quoi s'éloigner de la zone de relégation, et préparer l'entrée dans une nouvelle ère. En poursuivant sur leur lancée dès ce week-end ? Si elle ne semble plus valoir grand-chose sur les marchés, la peau du Chelsea de Thomas Tuchel se vendra sans doute toujours aussi cher sur le pré.Genk - STVV, dimanche 13 mars à 16h00Le choix de Guillaume GautierEt si les cartes étaient rebattues dans le Limbourg ? Loin d'être aussi souverain qu'espéré depuis la nomination de Bernd Storck, le Racing Genk reçoit son voisin dans un derby qui pourrait relancer une dernière fois la lutte pour les European Play-offs. À six longueurs de leur hôte, les Canaris sont l'une des équipes en forme des dernières semaines, notamment grâce à une défense très difficile à contourner et renforcée par l'arrivée du jeune espoir liégeois Ameen Al-Dakhil en janvier.L'opposition de style sera marquée entre deux coaches allemands aux idées claires. Storck veut le ballon, avec son jeu de position soigné et minutieux, et Bernd Hollerbach le lui laissera volontiers, préférant mettre en place son bloc compact, son milieu armé pour chasser les rebonds et son Christian Brüls pour mettre son secteur offensif sur orbite. Les identités marquées donnent généralement de bons matches de football, et les derbies ajoutent du piment mental à un match déjà intéressant sur le plan tactique.