"On va aller très calmement pour passer le kilomètre 33 (ES1, Le Moulinon-Antraigues, 36 km) où j'étais sorti l'an dernier, et après le rallye va vraiment commencer pour nous", sourit Neuville, 23 ans, en souvenir de son entame du Monte-Carlo 2011, en ouverture du Challenge intercontinental des rallyes (IRC).

"Le Monte-Carlo, c'est certainement l'un des rallyes les plus difficiles du championnat donc forcément il y a un gros défi qui nous tend les bras. On est très fiers de pouvoir être ici avec Citroën Racing, l'équipe championne du monde, mais on est aussi un peu nerveux, avec un peu de stress, parce qu'on veut bien faire", ajoute le jeune pilote.

Pour Neuville, 2012 est avant tout "une année d'apprentissage. Quelque part on doit convaincre, montrer aux gens qu'on a un certain potentiel, et qu'avec un peu d'expérience et de connaissance du terrain, on pourra aller vite".

Neuville effectue cette saison le passage de la catégorie IRC, dans laquelle il s'était illustré en remportant les rallyes de Corse et de Sanremo, à celle WRC. "Il y a quand même un peu de différences, mais au niveau des trajectoires ça reste la même chose. La voiture est beaucoup mieux pensée, elle marche de manière formidable dans toutes les conditions, c'est à nous de nous adapter", résume le pilote originaire de Saint-Vith.

Sportfootmagazine.be, avec Belga

"On va aller très calmement pour passer le kilomètre 33 (ES1, Le Moulinon-Antraigues, 36 km) où j'étais sorti l'an dernier, et après le rallye va vraiment commencer pour nous", sourit Neuville, 23 ans, en souvenir de son entame du Monte-Carlo 2011, en ouverture du Challenge intercontinental des rallyes (IRC). "Le Monte-Carlo, c'est certainement l'un des rallyes les plus difficiles du championnat donc forcément il y a un gros défi qui nous tend les bras. On est très fiers de pouvoir être ici avec Citroën Racing, l'équipe championne du monde, mais on est aussi un peu nerveux, avec un peu de stress, parce qu'on veut bien faire", ajoute le jeune pilote. Pour Neuville, 2012 est avant tout "une année d'apprentissage. Quelque part on doit convaincre, montrer aux gens qu'on a un certain potentiel, et qu'avec un peu d'expérience et de connaissance du terrain, on pourra aller vite". Neuville effectue cette saison le passage de la catégorie IRC, dans laquelle il s'était illustré en remportant les rallyes de Corse et de Sanremo, à celle WRC. "Il y a quand même un peu de différences, mais au niveau des trajectoires ça reste la même chose. La voiture est beaucoup mieux pensée, elle marche de manière formidable dans toutes les conditions, c'est à nous de nous adapter", résume le pilote originaire de Saint-Vith. Sportfootmagazine.be, avec Belga