Peu avant 18 heures samedi, la Mitsubishi n°53, pilotée par le Néerlandais Erik Moree, a heurté le parapet d'un pont au carrefour des rues de Clémodeau et de la Forge, dans le village de Villers-le-Temple. Les pierres de ce parapet ont été projetées vers les spectateurs, qui étaient placés dans une zone autorisée, selon le road-book de sécurité dûment approuvé. Deux personnes sont décédées et trois personnes ont été blessées, dont une souffrant d'un traumatisme crânien.

L'une des victimes est Julie Henrotay, une habitante de la région hutoise née en 1986. L'autre personne décédée est un ami de son père âgé d'une cinquantaine d'années, a appris l'agence Belga samedi soir de source bien informée. Le rallye a été arrêté samedi soir.

Les bourgmestres de Huy, Wanze, Modave, Nandrin, Braives, Burdinne et Heron ont toutefois précisé qu'ils interrompraient immédiatement les débats s'ils constataient le moindre manquement aux conditions de sécurité. Ils espèrent ainsi que le public adoptera une attitude plus sage et responsable qu'elle ne l'était samedi ...

La décision a été prise de modifier le parcours de la spéciale de Villers-le-Temple afin de ne pas rouler sur le territoire de la commune de Nandrin par respect envers les familles des victimes. Au vu des informations actuelles, l'accident ne serait pas le résultat du non respect des consignes de sécurité telles que définies par la commission ad hoc du SPF Intérieur.

Toutefois, plusieurs pilotes - et non des moindres - ont décidé de
ne pas reprendre le départ. Tel est notamment le cas de Thierry
Neuville et Freddy Loix, premier et troisième du classement samedi soir.

Les pilotes défendent les couleurs des importateurs Peugeot et Skoda: "La nuit porte conseil et après avoir visionné les images des caméras embarquées, nous avons estimé qu'il était impossible de reprendre la course", ont expliqué les représentants de Peugeot Belgique-Luxembourg et de Skoda Import. "Nousvoulons aussi respecter la douleur des familles des victimes."

D'autres pilotes sont restés à Huy, notamment Bruno Thiry et Xavier Baugnet (Citroën DS3 R3), Marc Duez (BMW 130i), ainsi que certains concurrents engagés dans le Citroën C2 Trophy auxquels les promoteurs de la compétition avaient laissé le choix de poursuivre le rallye après avoir figé définitivement le classement au terme de la 9e spéciale.

En revanche, Patrick Snijers (MINI WRC) a repris la route et c'est lui qui mène au classement devant David Bonjean (Peugeot 307 RC) et Stéphane Lhonnay (Mitsubishi Evo 10).

Sportfootmagazine.be, avec Belga

Funérailles des deux victimes jeudi

Les funérailles des deux spectateurs qui ont perdu la vie samedi soir lors du Rallye du Condroz-Huy se dérouleront distinctement jeudi 17 novembre, a-t-on appris à bonne source.

Julie Henrotay (25 ans) et Guy Hautot (65 ans), tous deux originaires de la région hutoise, ont été tués samedi en début de soirée alors qu'ils assistaient au passage des voitures dans la spéciale qui relie Nandrin à Engis. Le drame s'est noué dans le village de Villers-le-Temple, lors d'une sortie de route d'un concurrent néerlandais.

Julie Henrotay était la nièce de l'ancien footballeur belge et international Roger Henrotay. Ses funérailles auront lieu jeudi matin, à l'église Notre-Dame de la Sarte, à Huy. Celles de Guy Hautot auront lieu jeudi après-midi au funérarium Tanier, avenue de la Croix-Rouge, à Huy.

Peu avant 18 heures samedi, la Mitsubishi n°53, pilotée par le Néerlandais Erik Moree, a heurté le parapet d'un pont au carrefour des rues de Clémodeau et de la Forge, dans le village de Villers-le-Temple. Les pierres de ce parapet ont été projetées vers les spectateurs, qui étaient placés dans une zone autorisée, selon le road-book de sécurité dûment approuvé. Deux personnes sont décédées et trois personnes ont été blessées, dont une souffrant d'un traumatisme crânien. L'une des victimes est Julie Henrotay, une habitante de la région hutoise née en 1986. L'autre personne décédée est un ami de son père âgé d'une cinquantaine d'années, a appris l'agence Belga samedi soir de source bien informée. Le rallye a été arrêté samedi soir. Les bourgmestres de Huy, Wanze, Modave, Nandrin, Braives, Burdinne et Heron ont toutefois précisé qu'ils interrompraient immédiatement les débats s'ils constataient le moindre manquement aux conditions de sécurité. Ils espèrent ainsi que le public adoptera une attitude plus sage et responsable qu'elle ne l'était samedi ... La décision a été prise de modifier le parcours de la spéciale de Villers-le-Temple afin de ne pas rouler sur le territoire de la commune de Nandrin par respect envers les familles des victimes. Au vu des informations actuelles, l'accident ne serait pas le résultat du non respect des consignes de sécurité telles que définies par la commission ad hoc du SPF Intérieur. Toutefois, plusieurs pilotes - et non des moindres - ont décidé de ne pas reprendre le départ. Tel est notamment le cas de Thierry Neuville et Freddy Loix, premier et troisième du classement samedi soir. Les pilotes défendent les couleurs des importateurs Peugeot et Skoda: "La nuit porte conseil et après avoir visionné les images des caméras embarquées, nous avons estimé qu'il était impossible de reprendre la course", ont expliqué les représentants de Peugeot Belgique-Luxembourg et de Skoda Import. "Nousvoulons aussi respecter la douleur des familles des victimes." D'autres pilotes sont restés à Huy, notamment Bruno Thiry et Xavier Baugnet (Citroën DS3 R3), Marc Duez (BMW 130i), ainsi que certains concurrents engagés dans le Citroën C2 Trophy auxquels les promoteurs de la compétition avaient laissé le choix de poursuivre le rallye après avoir figé définitivement le classement au terme de la 9e spéciale. En revanche, Patrick Snijers (MINI WRC) a repris la route et c'est lui qui mène au classement devant David Bonjean (Peugeot 307 RC) et Stéphane Lhonnay (Mitsubishi Evo 10). Sportfootmagazine.be, avec Belga