Alors que Paris n'a pas son sort en mains pour le titre de Ligue 1 à trois matches de la fin, il y a eu ce match en semaine qui a déclenché des torrents de critiques dans la presse française. Et pas seulement les publications sportives. Ainsi, un des journaux les plus sérieux du pays, Le Monde, a...

Alors que Paris n'a pas son sort en mains pour le titre de Ligue 1 à trois matches de la fin, il y a eu ce match en semaine qui a déclenché des torrents de critiques dans la presse française. Et pas seulement les publications sportives. Ainsi, un des journaux les plus sérieux du pays, Le Monde, a analysé la non-prestation sur le terrain de Manchester City. Et les Parisiens en prennent pour leur grade. La grande conclusion de cette analyse: le PSG a une somme d'individualités de très haut niveau mais pas d'équipe. Une autre conclusion: le remplacement de Thomas Tuchel par Mauricio Pochettino n'a servi à rien. "Pour le Paris Saint-Germain, la soirée à Manchester a débuté par une averse de grêle et s'est terminée par une douche froide", écrit Le Monde. "Il commence à en avoir l'habitude, mais le PSG a encore remis à la saison prochaine son projet de victoire en Ligue des Champions." Avant le match, Neymar s'était déclaré prêt à partir au combat. Il a surtout passé son temps, une fois de plus, à faire la comédie. Le Monde dézingue les autres mauvais acteurs de la soirée: " Angel Di Maria, 33 ans et quelques heures de vol en Ligue des Champions avec le Benfica Lisbonne ou le Real Madrid pourtant, est tombé dans le panneau de la provocation et a donné un coup de pied de cour d'école à Fernandinho. Un carton rouge logique, tout comme auraient pu l'être ceux de Marco Verratti pour l'ensemble de son oeuvre ou de Danilo Pereira après une faute grossière sur Gabriel Jesus."